Le directeur général du Séminaire Marie-Reine-du-Clergé, Patrick Desmeules
Le directeur général du Séminaire Marie-Reine-du-Clergé, Patrick Desmeules

Le sport électronique débarque au Séminaire Marie-Reine-du-Clergé

Katherine Boulianne
Katherine Boulianne
Le Quotidien
Le Séminaire Marie-Reine-du-Clergé offre désormais un tout nouveau programme aux amateurs de jeux vidéo. L’établissement scolaire de Métabetchouan-Lac-à-la-Croix ajoute ainsi le profil e-sport pour les jeunes de secondaire 1 à 3.

Déjà cette année, un petit groupe d’élèves peut en faire l’expérience. Toutefois, c’est véritablement à compter de l’an prochain que l’école bonifiera le programme avec le début de compétitions interscolaires.

«Cette année, c’est une année d’introduction. Pour l’instant, c’est deux heures en sports électroniques le mardi, une semaine sur deux. En alternance avec deux heures de sports traditionnels, un mardi sur deux également», explique le directeur général de l’établissement, Patrick Desmeules.

Si l’activité physique est aussi mise de l’avant dans ce nouveau programme, c’est que la direction souhaite que les jeunes conservent de saines habitudes de vie.

Le Séminaire Marie-Reine-du-Clergé offre maintenant un programme en sports électroniques.

«C’est un des objectifs principaux. On dit aux élèves que s’ils veulent progresser dans leur discipline qui est le sport électronique, il faut qu’ils dorment, qu’ils s’alimentent bien, qu’ils aient une bonne hygiène de vie et qu’ils réussissent bien dans leurs études. Il faut que ça devienne une source de motivation dans le bon sens.»

La pratique du e-sport donne aussi l’occasion aux étudiants de pousser leur raisonnement logique en étudiant de nouvelles stratégies, mais également de briser l’isolement, selon la directrice des services pédagogiques, Tania Larouche.

«On veut vraiment opter pour des jeux qui vont leur permettre de participer à des compétitions, et aussi de jouer en équipe. Ça brise l’isolement qu’on voit souvent se développer chez les ‘‘gamers’’. C’est une manière d’éviter que les élèves ne soient seuls dans leur bulle.»

Et bien que certaines critiques se fassent encore entendre concernant la crainte que ce type de programme n’encourage la dépendance aux jeux vidéo, M. Desmeules explique qu’il le perçoit plutôt comme une approche de réduction des méfaits.

«Il y a des ‘‘gamers’’ dans toutes les écoles. Plutôt que de les ignorer, on pense qu’avec un programme comme ça, nous allons peut-être rejoindre des jeunes qui ne seraient pas attirés par les sports autrement, ou qui n’auraient pas d’autres sources de motivation.»

De récentes journées portes ouvertes au Séminaire Marie-Reine-du-Clergé ont déjà permis de présenter le nouveau programme à de futurs étudiants. De l’avis de la direction, plusieurs ont été agréablement surpris d’apprendre que cette discipline était maintenant offerte à cette école.