Le solde migratoire interrégional s’améliore

Le solde migratoire interrégional s’est amélioré pour la région du Saguenay–Lac-Saint-Jean en 2017-2018. Moins de personnes ont choisi de quitter la région pour une autre, tandis que le même nombre ont décidé d’y emménager. C’est ce que relève le bilan de l’Institut de la statistique du Québec La migration interrégionale au Québec en 2017-2018, dévoilé plus tôt cette semaine.

Le solde migratoire interrégional se calcule en comparant le nombre de personnes qui ont quitté une région du Québec pour s’installer dans une autre. On fait la différence entre le nombre d’arrivants et de sortants. En 2017-2018, 3399 personnes ont choisi de s’établir au Saguenay–Lac-Saint-Jean, tandis que 3953 en sont parties. Le solde migratoire s’est donc établi à -554 personnes.

À titre comparatif, en 2016-2017, 3421 nouveaux arrivants avaient choisi la région pour s’installer, tandis qu’il y avait 4131 personnes qui l’avaient quitté. Le solde était négatif, à -710 personnes.

On remarque donc une amélioration cette année, sans toutefois avoir un bilan positif. La dernière fois que le nombre d’arrivants a surpassé celui de sortants, c’était en 2010-2011.

Pour la région du Saguenay–Lac-Saint-Jean, ce sont majoritairement les jeunes entre 14 et 25 ans qui s’en vont ailleurs, que ce soit pour le travail, pour les études ou pour fonder une famille. Il y a eu un déficit de 362 personnes, lorsqu’on compare les départs et les arrivées, dans leur catégorie d’âge. Ceux qui quittent le Saguenay–Lac-Saint-Jean choisissent particulièrement la région de la Capitale-Nationale.

Régions éloignées

Cinq des six régions éloignées du Québec affichent des soldes négatifs dans le bilan 2017-2018. La Côte-Nord est celle qui a la plus grande différence, soit -905, suivie de l’Abitibi-Tésmincamingue (-406), du Nord-du-Québec (-95), du Saguenay–Lac-Saint-Jean (-544) et du Bas-Saint-Laurent (-132). Seule la Gaspésie-Îles-de-la-Madelaine a connu un bilan positif avec 238 arrivants de plus que de sortants.

MRC

L’Institut de la statistique du Québec a aussi étudié les soldes de chaque MRC du Québec. Cela permet de mettre en évidence les différences qui sont parfois importantes à l’intérieur d’une même région. Cependant, ce n’est pas le cas au Saguenay–Lac-Saint-Jean, où peu de différences sont marquées entre les cinq MRC. La MRC la plus touchée par les échanges migratoires est celle de Domaine-du-Roy, avec un solde de -176 personnes. La MRC de Lac-Saint-Jean-Est et celle de Saguenay se sont aussi retrouvées avec des soldes déficitaires. Deux MRC ont connu des bilans positifs, soit + 23 pour la MRC de Maria-Chapdelaine et +77 pour la MRC du Fjord-du-Saguenay.