Une passerelle de 92 mètres relie Notre-Dame-de-Lorette à l’île aménagée à la hauteur de la 11e Chute.

Le secteur L’Énergie inauguré à Girardville

Grâce à un investissement de 1,15 million de dollars de la Société de l’énergie communautaire du Lac-Saint-Jean, un nouveau secteur du Parc régional des Grandes-Rivières a été créé sur l’île de la 11e Chute, à Girardville. Le secteur L’Énergie est le 10e site à être développé par le parc régional.

C’est dans le cadre des mesures de compensation de la construction d’une minicentrale hydroélectrique sur la 11e Chute sur la rivière Mistassini que L’Énergie a vu le jour. « Le projet a été mis en place par la Société de l’énergie communautaire du Lac-Saint-Jean, et le Parc régional des Grandes-Rivières est mandataire pour l’opération du parc », précise Dominique Gobeil, directeur général.

Ainsi, 1 150 000 dollars ont été investis pour la construction de 2,1 kilomètres de sentiers, de trois passerelles, dont une de 92 mètres, d’un sentier de portage ainsi que de 10 emplacements de camping offrant une vue sur la rivière Mistassini. Un circuit d’interprétation est aussi aménagé pour en savoir plus sur l’utilisation de la rivière par les Innus et sur l’énergie hydroélectrique.

« Ça fait longtemps qu’on regarde cette île-là de la rive et on peut enfin y accéder facilement, se réjouit Michel Perreault, le maire Girardville. C’est la preuve que l’on peut faire du développement industriel et touristique en même temps . »

Accessibles à partir de Girardville, les 2,1 km de sentiers permettent d’accéder à l’île de la 11e Chute, où se trouvent les emplacements de camping, puis de traverser jusqu’à Notre-Dame-de-Lorette, en empruntant notamment une passerelle de 92 mètres enjambant la rivière. Pour l’instant, seul un sentier de service pour la centrale hydroélectrique permet de rejoindre le site, mais des projets pourraient permettre aux Lorettois d’y accéder plus facilement.

La minicentrale, construite grâce à des investissements de 75 M $, ne roule pas encore à plein régime, car des ajustements doivent être faits pour raffiner la production énergétique, soutient Jean Girard, président de la Société d’énergie communautaire. À terme, les revenus annuels devraient être d’environ 4 M $, à raison de 45 % pour Mashteuiatsh, 22,5 % pour les deux MRC, et 5 % pour les municipalités de Girardville et de Notre-Dame-de-Lorette.

« Le projet qui a permis l’émergence de ce projet-là, c’est la Société de l’énergie communautaire, qui est issue d’un partenariat réalisé avec la MRC du Domaine-du-Roy et Mashteuiatsh, soutient le préfet la MRC de Maria-Chapdelaine, Luc Simard, fier du modèle de développement innovant. Si on n’avait pas eu ce partenariat-là, on n’aurait pas eu les moyens d’investir dans ce beau parc-là . »

Le président du Parc régional des Grandes Rivières, Mario Fortin, estime que ces aménagements ne sont que la première étape d’un projet encore plus grand. « Il nous reste encore des aménagements à faire », a-t-il dit, en faisant référence au projet des quatre chutes.

Ce projet, qui est dans les cartes du parc régional, vise à relier la 9e Chute, dans le secteur Albanel, à la 11e Chute, où se trouve L’Énergie. Dominique Gobeil soutient que ce futur sentier, d’environ 25 kilomètres, permettrait de rejoindre des amateurs de plus longue randonnée. Il n’existe toutefois pas d’échéancier pour ce projet de près de 600 000 $, qui pourrait prendre encore quelques années avant de se réaliser.

Le projet de parc d’eau vive, qui vise à aménager de nouvelles vagues et des rapides pour les adeptes d’eau vive, n’est pas mort non plus, soutient Dominique Gobeil. Pour l’instant, les études qui ont été faites sur ce projet démontrent qu’il est techniquement réalisable et qu’il n’est pas hors de prix. En 2017, le projet était évalué à environ 800 000 $.