Les courbes et le mauvais état de la chaussée rendent la randonnée en vélo risquée dans le secteur du chemin du Golf et du rang des Îles à Saint-Gédéon.

Le secteur de la Véloroute près du club de golf dérange à Saint-Gédéon

Le calvaire des cyclistes empruntant le circuit cyclable dans le rang des Îles et le chemin du Golf, à Saint-Gédéon tire à sa fin. Dès 2019, la municipalité, le parc national de la Pointe-Taillon et le gouvernement du Québec devraient investir l’argent nécessaire à la mise en place d’une nouvelle portion de piste cyclable, indépendante du chemin du Golf.

Depuis plusieurs années, de nombreux amateurs de vélo, aguerris, intermédiaires et débutants, dénoncent la piètre qualité de ce secteur de la Véloroute des Bleuets (lire autre texte).

Bien conscient du problème, le directeur général de Saint-Gédéon, Dany Dallaire, confirme au journal Le Quotidien que des plans et devis seront demandés pour l’aménagement d’une piste d’un kilomètre dans le secteur du club de golf Lac-Saint-Jean.

« Il faut se souvenir que le premier ministre Philippe Couillard a annoncé un investissement de 10 millions de dollars pour le parc national de la Pointe-Taillon, qui a vu son territoire s’agrandir jusqu’à Saint-Gédéon », mentionne le directeur général de la localité.

« On a aussi annoncé qu’il y aurait une enveloppe de 3,5 millions de dollars pour améliorer certains chemins. Nous devrions en avoir une partie pour le chemin du Golf », dit-il.

Dès le début du mois de juin, un appel d’offres sera lancé pour préparer les plans et devis de ce projet d’amélioration. 

« Nous avons la confirmation d’une enveloppe de 100 000 $ pour ces plans et devis. Nous prévoyons que tout sera prêt pour la fin de l’été ou le début de l’automne. Les travaux de construction de la route devraient alors être entrepris et terminés pour le mois de décembre. L’asphaltage pourrait se faire au début de la saison de vélo de 2019 (fin mai-début juin) », ajoute M. Dallaire.

Ce dernier est bien conscient que l’amélioration du secteur ne sera pas complète, mais il espère que cet ajout pourra rendre la randonnée cycliste plus agréable.

François Guillot, directeur du parc national de la Pointe-Taillon (SEPAQ), confirme aussi que des travaux seront effectués à l’automne 2018 et au printemps 2019 afin d’améliorer une portion de 1,5 à 2 kilomètres sur le chemin du Golf (territoire de la Pointe-Taillon).

« Il est clair que nous allons améliorer la situation. Nous ne savons pas encore si nous implanterons une piste cyclable propre, mais une chose est certaine, ce ne sera plus une chaussée partagée », indique M. Guillot. 

Quant au rang des Îles, Dany Dallaire convient que ce n’est pas l’idéal, mais précise que la bande cyclable en bordure de route respecte les règles de 1,5 mètre. 

« Par ailleurs, nous voulons mettre en place un bout de piste cyclable à partir de la Microbrasserie du Lac-Saint-Jean jusqu’à la voie ferrée (à proximité de la sortie de la localité). Ça éviterait ainsi aux cyclistes de circuler sur la rue principale. Ce serait plus sécuritaire. Le ministère des Transports du Québec et la Corporation de la Véloroute des Bleuets sont favorables au projet. Il ne reste plus qu’à le compléter et à le concrétiser », conclut le directeur général de Saint-Gédéon.

Des cyclistes ne veulent plus y rouler

La saison 2018 de vélotourisme vient à peine d’être lancée au Saguenay-Lac-Saint-Jean que les critiques pleuvent relativement aux mauvaises conditions de la Véloroute des Bleuets sur le rang des Îles et le chemin du Golf, à Saint-Gédéon. Des critiques qui reviennent chaque année depuis un certain temps.

La situation est dénoncée par des cyclistes aguerris qui ont confirmé au journal Le Quotidien ne plus vouloir circuler dans ce secteur en raison de sa dangerosité.

Pour un circuit d’importance qui a l’appellation de Véloroute, les deux chemins sont cahoteux, remplis de crevasses, sans oublier que l’asphalte a subi les contrecoups de dame Nature et du passage de camions lourds. 

Les cyclistes doivent aussi circuler sur du sable et de la poussière de pierre, tout en affrontant des courbes accentuées et potentiellement difficiles à manoeuvrer pour des débutants. Un cocktail parfait pour des chutes et des blessures.

Une situation regrettable, surtout que la Véloroute des Bleuets demeure un produit d’appel pour le milieu touristique régional.

« Je suis conscient que le rang des Îles et le chemin du Golf ne sont pas parmi les plus beaux de la Véloroute. Nous espérons qu’il y aura des améliorations, mais il ne faut pas oublier que les travaux se font avec la capacité de payer des municipalités. Une somme de 100 000 $ ou 200 000 $ n’a pas la même importance pour une grande ville ou une petite localité. Nous ne pouvons forcer qui que ce soit à investir », précise le président de la Corporation de la Véloroute des Bleuets, Michel de Champlain.

Ce dernier explique que le plan quinquennal de développement du circuit cyclable devrait être présenté aux élus de toutes les municipalités concernées par la corporation dans les semaines à venir.

Les priorités y seront identifiées en fonction de l’importance de réaliser des travaux à court ou à moyen terme. Il ne veut pas préciser ces priorités encore.

Lors de notre passage, nous avons remarqué que la bande cyclable dans la localité de Saint-Gédéon et en direction du rang des Îles n’a pas encore été nettoyée au grand complet.

Une partie se trouve sous la responsabilité de la municipalité et une autre doit être nettoyée par le ministère des Transports du Québec.

« Je vois bien que ça n’a pas été nettoyé au complet. Nous allons faire une demande à la municipalité afin que cela puisse être fait le plus rapidement possible », souligne Michel de Champlain.

Au MTQ, on confirme que le nettoyage sera complété au début de juin.

Prêt pour 2018

Mis à part le secteur de Saint-Gédéon, tous les tronçons ceinturant le lac Saint-Jean sont accessibles, sans aucune entrave majeure. De petits détours obligeront les randonneurs à modifier, à peine, leur trajet, notamment dans le secteur de Sainte-Monique-de-Honfleur.

« Mais à part ça, rien de particulier. Par le passé, des coups d’eau nous ont causé des problèmes temporaires, mais ce n’est pas le cas cette année. Selon nos constatations, tout est beau », lance Michel de Champlain, président de la Corporation de la Véloroute des Bleuets.

Des crevasses, des secteurs en sable, en poussière de pierre et de bonnes bosses amènent les cyclistes à critiquer le secteur de la Véloroute des Bleuets.

L'ENGOUEMENT NE SE DÉMENT PAS

Même si quelques petits problèmes persistent sur la Véloroute des Bleuets, son succès ne se dément pas. À l’aube de son 20e anniversaire (2020), le circuit cyclable a enregistré plus de 250 000 passages en 2017, au cours desquels 75 pour cent des cyclistes ont roulé sur des distances de 30 à 250 kilomètres.

Selon les statistiques dévoilées dans le Profil cycliste 2017, les six écocompteurs ont permis de confirmer que l’engouement demeure.

Le secteur de Roberval semble le plus achalandé avec 53 775 passages, alors que l’écocompteur situé à Métabetchouan-Lac-à-la-Croix a enregistré 53 030 cyclistes durant la saison 2017. Alma (48 865), Dolbeau-Mistassini (46 137), Saint-Félicien (30 467) et Péribonka (13 330) suivent dans les statistiques.

La journée du 23 juillet 2017 demeure celle où les écocompteurs ont été les plus sollicités, alors que 1240 personnes sont passées à Métabetchouan-Lac-à-la-Croix, contre 1208 à Roberval et 1101 à Alma. Le lundi 31 juillet a été occupé à Dolbeau-Mistassini (1011), alors qu’il y en a eu 866 le 22 juillet à Saint-Félicien.

Autres statistiques, la moitié des cyclistes empruntant la Véloroute des Bleuets ont fait des études universitaires, alors que 31,8 pour cent ont étudié au cégep. 

Environ 57 pour cent des utilisateurs ont un revenu variant de 75 000 $ à plus de 100 000 $ annuellement.

Plus de 61 pour cent des cyclistes ont l’intention de revenir faire du vélo sur la Véloroute au cours des trois prochaines années et 99 pour cent ont l’intention de recommander cette destination.