Le Rio Tamara est arrivé aux Installations portuaires de La Baie samedi matin vers 10h.

Le Rio Tamara a accosté

Le vraquier Rio Tamara, pris dans les glaces du Saguenay depuis jeudi, a finalement accosté au quai de Port-Alfred vers 10h, samedi. Le navire avait à son bord de la bauxite destinée aux installations régionales de Rio Tinto. La situation a occasionné des pertes importantes pour la multinationale, lesquelles pourraient atteindre 80 000$ par jour.
Le bateau, coincé à l'embouchure du Saguenay, a dû attendre plusieurs heures avant qu'un brise-glace de la Garde côtière canadienne vienne lui prêter main-forte. Aucun navire québécois n'étant disponible, le Earl Gray, un brise-glace léger, a dû quitter la région de l'Atlantique pour venir sortir le Rio Tamara de sa fâcheuse position. Vendredi soir, Rio Tinto a publié un communiqué pour dire que la situation avait un impact significatif sur ses opérations et implorait la garde-côtière canadienne d'améliorer la fiabilité de son service de brise-glace. Jointe samedi, la porte-parole du géant de l'aluminium, Xûan-Lan Vu, a réitéré le même discours.
«En plus du navire qui était pris, on en avait deux qui ne pouvaient pas quitter les Installations portuaires. Même si le navire est rentré à bon port, la situation continue d'être préoccupante. On a besoin d'avoir un service de brise-glace fiable, en continu, pour s'assurer qu'il n'y ait pas d'arrêts de production», fait valoir Xûan-Lan Vu. 
Pour combler ses besoins opérationnels, l'entreprise a dû puiser dans ses inventaires stratégiques de bauxite, le minerai utilisé pour la production d'alumine.
«Habituellement, on puise dans ces réserves en période de froid extrême ou lors d'arrêts pour effectuer de l'entretien. Le fait d'avoir consommé nos inventaires nous place dans une situation vulnérable s'il y avait d'autres événements. C'est pourquoi la situation continue d'être préoccupante», a souligné la porte-parole de Rio Tinto.
La Garde côtière canadienne confirme que le délai a été causé par le bris d'un de ses brise-glaces québécois. La commissaire adjointe pour la région du centre et de l'Arctique, Julie Gascon, estime toutefois que tout a été mis en oeuvre pour agir rapidement.
«On a fait appel à la région de l'Atlantique. Nos équipes ont déployé des efforts considérables pour ravitailler le navire et pour mettre un équipage francophone à bord. Nous avons été en communication constante avec Rio Tinto. C'était une priorité pour nous de s'assurer que le navire puisse se rendre aux Installations portuaires», a indiqué la porte-parole.
La responsable a précisé que le Earl Gray est arrivé à la hauteur du Rio Tamara vers 2h samedi matin pour lui ouvrir la route. À 6h55, le brise-glace a escorté le vraquier jusqu'aux Installations portuaires de La Baie, où il a pu accoster vers 10h. 
Si Rio Tinto a écorché la garde côtière au passage, Julie Gascon précise que son organisation met tout en oeuvre pour servir les besoins des entreprises qui naviguent dans les eaux canadiennes et qu'elle travaille très fort au déploiement de son plan de contingence en utilisant une approche «zonage».