Le Groupe FerroAtlántica est une filiale à part entière du groupe espagnol Villar Mir.

Le quartz des monts Valin favoriserait la région

Saguenay possède un atout qui n'a pas encore été dévoilé dans le dossier FerroAtlántica et qui pourrait faire pencher la balance en sa faveur : une étude sur le potentiel régional en dépôt de quartz qui pourrait alimenter éventuellement l'entreprise espagnole, premier producteur mondial de silicium métal. Comme quoi les jeux ne sont pas encore faits.
Cette étude portant sur un important dépôt sur les monts Valin est un élément central des négociations entre Saguenay et FerroAtlántica, a confirmé l'attaché politique du maire Jean Tremblay, Richard Banford.
« Il y a bel et bien une étude pouvant aider le dossier, qui est dans les discussions avec FerroAtlántica », a-t-il tenu à spécifier, précisant que le maire n'avait pas l'intention de commenter davantage ce dossier sensible.
L'approvisionnement en quartz, forme que prend la silice dans la nature, est crucial dans la décision à venir, puisque les résidus de ce minerais seront utilisés dans le processus de production et de transformation du silicium métal.
Selon les informations obtenues par LeQuotidien auprès d'un scientifique au fait du dossier, une étude sur le potentiel minier sur les monts Valin a été réalisée il y a une quinzaine d'années. Cette même étude a été présentée avant les Fêtes à Promotion Saguenay.
Sur le site web du Consortium de recherche en exploration minérale (CONSOREM) dédié à la région, il est clairement stipulé que « le CONSOREM volet régional est intervenu dans le dossier des démarches concernant l'implantation de la compagnie FerroAtlántica en région ». Il est ajouté qu'« une rencontre avec les représentants de Promotion Saguenay pour les informer sur le potentiel régional en dépôt de quartz qui pourrait alimenter éventuellement l'usine » a eu lieu et que « ces informations peuvent avoir un certain poids pour cette compagnie dans son choix de la région où installer son usine ».
Le CONSOREM répond à des demandes d'organismes économiques et de regroupements d'entreprises qui désirent avoir de l'information sur les ressources minérales régionales de façon générale.
Étant donné la dimension privée et confidentielle du contrat liant Promotion Saguenay et les experts détenteurs des droits de cette recherche, le Groupe Alfred Boivin, Le Quotidien n'a pu obtenir de plus amples informations sur le contenu de cette étude.
Toutefois, les nombreuses discussions entamées dans les derniers jours avec divers intervenants qui désirent conserver l'anonymat ont confirmé qu'une telle étude peut servir de levier au dossier. La présence d'un dépôt important de quartz est « certainement un élément qui sera sérieusement étudié par l'entreprise FerroAtlántica », a souligné une de ces sources, un géologue d'expérience.
Selon ce professionnel, une évaluation technique plus poussée devra être prise en charge par l'entreprise afin de valider la quantité et la qualité du dépôt. À l'époque de l'étude, de la prospection et de l'échantillonnage auraient été effectués.