La transformation de la cour de l’école Saint-Pierre d’Alma a permis le retrait d’une partie du gazon. La tonte n’est donc plus nécessaire, ce qui permet de réduire les émissions de gaz à effet de serre et la pollution sonore.

Le projet Zéro gazon inauguré à l'école Saint-Pierre d'Alma

C’était jour de fête, mercredi, à l’école Saint-Pierre d’Alma. Parents, élèves ainsi que membres du personnel, de la direction et du conseil d’établissement s’étaient donné rendez-vous afin d’inaugurer la nouvelle cour d’école Zéro gazon réalisée grâce à l’implication citoyenne. Le projet de végétalisation unique au Québec représente un investissement total de 125 000 $ en dons monétaires, en biens et en équipements en plus de l’implication de plus de 400 personnes bénévoles.

Le problème de grande chaleur qui incommodait autant les élèves que les enseignants est à l’origine de l’idée de « cour d’école du futur » imaginée par l’enseignante en anglais intensif, Marie-Christine Fortin.

Le projet a démarré l’hiver dernier en vue d’une plantation en juin ainsi que la réalisation des travaux pendant la pause estivale. Une campagne de sociofinancement, dont l’objectif était de 25 000 $ et que certains qualifiaient d’ambitieux, a été lancée en mai dernier. Un total de 160 donateurs particuliers et corporatifs ont permis d’atteindre cette somme inespérée en plus d’amasser du matériel et d’obtenir le prêt d’équipements et de machineries. Plus de 400 bénévoles ont ensuite participé à la journée de plantation du 1er juin dernier.

La cour d’école du futur a été créée grâce au retrait de 27 000 pieds carrés de gazon, 4100 pieds carrés d’asphalte et la plantation de 1400 arbres et arbustes.

L’ambiance était au rendez-vous, mercredi en fin de journée, à l’école Saint-Pierre d’Alma. Les Fous du roi, la musique et le plaisir occupaient le site pour amuser les écoliers.

L’espace revampé comprend également des arbres à grand déploiement, des espaces de culture de petits fruits, de fines herbes et de pommiers ainsi qu’un sentier boisé qui traverse la cour.

L’arrêt de la coupe du gazon permet de réduire les émissions de gaz à effet de serre (GES) ainsi que la pollution sonore. Le retrait de l’asphalte permet, de son côté, d’éliminer l’îlot de chaleur et de réduire de quelques degrés la température ambiante des classes.

Le nouvel espace, qui améliore l’aspect visuel de l’école, comprend cinq classes extérieures en granite. Un escalier relie maintenant l’école primaire qui accueille plus de 600 jeunes au CPE voisin.

« Nous sommes super fiers de notre travail et de voir comment l’équipe et les jeunes se sont mobilisés pour conserver l’entretien. Ils sont fiers de leur cour et se sont donné la peine », a confié au Quotidien l’enseignante et instigatrice du projet, Marie-Christine Fortin.

La paysagiste et proche collaboratrice de l’enseignante, Anne-Marie Tremblay, évalue de son côté le projet final à environ 300 000 $. Celle-ci confie avoir réalisé un rêve professionnel en participant à l’initiative et se réjouissait de voir la population s’approprier l’espace revu.

Le projet mobilisateur de l’école Saint-Pierre est loin d’être terminé alors que des jeunes seront formés, chaque printemps, pour l’entretien du site. Anne-Marie Tremblay s’attend à une corvée annuelle afin de réaliser l’entretien et apporter les soins nécessaires aux végétaux, notamment.