Les travaux du Projet sept pourront finalement commencer au printemps prochain, à Laterrière.

Le Projet sept peut aller de l’avant

Après plus d’un an de retard, le promoteur Jean-Michel Tremblay confirme que le complexe multiservice de Laterrière verra finalement le jour, puisqu’il a convenu d’un accord avec le ministère des Transports.

Joint mercredi en début de soirée, M. Tremblay semblait soulagé d’annoncer que le dossier, dénommé Projet sept, pourra enfin aller de l’avant, avec le début des travaux de construction prévu pour le printemps 2020. Au printemps 2021, le projet sera complété à 60 %. M. Tremblay explique avoir choisi de commencer les travaux après l’hiver afin d’éviter les frais supplémentaires engendrés par la saison froide. « Il y a déjà eu assez de frais supplémentaires », dit-il.

Des discussions à propos d’un centre multiservice sont en cours depuis le mois de mai 2018. Les pourparlers avaient été mis sur la glace en octobre 2018, alors qu’un référendum avait été demandé pour que les citoyens de Laterrière puissent se prononcer sur la venue du projet. Le référendum avait été tenu en février 2019, moment où les citoyens ont signifié leur accord envers le complexe multiservice. Le Projet sept, qui représente un investissement de 7 M $, avait ensuite dû passer l’approbation du ministère des Transports, notamment concernant la configuration de l’entrée au centre multiservice.

La station, qui se situera à l’angle du boulevard Talbot et de la rue du Boulevard, comptera deux établissements de restauration rapide, dont un avec un service au volant, une pharmacie, un dépanneur avec station d’essence, un lave-auto manuel, une salle de réception, des cabinets de dentiste, médecin et physiothérapie, ainsi que des commerces destinés aux soins personnels.

Jean-Michel Tremblay affirme que l’annonce de la pétrolière se fera dans les jours à venir. Il s’est également prononcé sur les retards avec lesquels il a dû composer. « Beaucoup de gens ont pensé que le projet ne verrait pas le jour, mais c’est un dossier qui n’a jamais arrêté. On n’a jamais arrêté de travailler sur le dossier. Ce n’est pas parce qu’il ne se passe rien qu’il n’y a rien. »