La mairesse de Saguenay Josée Néron assure que le projet d’amphithéâtre multifonctionnel à Chicoutimi demeure bien vivant, malgré les impacts de la pandémie.
La mairesse de Saguenay Josée Néron assure que le projet d’amphithéâtre multifonctionnel à Chicoutimi demeure bien vivant, malgré les impacts de la pandémie.

Le projet de nouvel amphithéâtre à Chicoutimi toujours sur la table

Myriam Gauthier, journaliste de l'Initiative de journalisme local
Myriam Gauthier, journaliste de l'Initiative de journalisme local
Le Quotidien
La mairesse de Saguenay, Josée Néron, assure que le projet de nouvel amphithéâtre au centre-ville de Chicoutimi demeure sur la table malgré les impacts de la pandémie.

«Moi j’y crois. Je crois que c’est un projet porteur, c’est un projet qui émane d’une consultation publique. Il n’y a aucun projet à Saguenay qui a fait l’objet d’une consultation publique de cette envergure-là», a affirmé la mairesse lorsque questionnée sur le projet par Le Quotidien.

En mai, la mairesse avait souligné que les grands projets d’infrastructures devraient être réévalués à Saguenay en raison des impacts de la crise sanitaire et économique.

Les projets de centre multisport à Jonquière et de transformation de l’église Saint-Édouard à La Baie ont depuis été remis sur les rails. Josée Néron assure que le projet d’amphithéâtre multifonctionnel demeure également bien vivant, même si des délais peuvent ralentir sa réalisation sur la zone ferroviaire.

«Il ne faut pas penser que parce qu’une idée arrive et qu’on ne peut pas la réaliser à l’intérieur de deux ans qu’elle ne se fera pas», a-t-elle soutenu.

«Le concept qui a été pensé est très intéressant. À la base, les prémisses sont qu’on a une infrastructure désuète, a-t-elle poursuivi, en parlant de l’état du Centre Georges-Vézina. Elle ne sera pas plus fonctionnelle au niveau de sa réponse aux besoins des différentes organisations qui l’habitent dans 10 ans.»

La dernière mouture du projet présentée au début de l’année 2020 s’élevait à près de 65 M$. Il intégrait le centre multifonctionnel, un nouvel autogare et le passage du corridor d’écomobilité de la Société de transport du Saguenay.

Financement
La municipalité n’a pas encore reçu de réponse à sa demande déposée cet hiver au Programme d’aide financière aux infrastructures récréatives et sportives (PAFIRS).

La réalisation du projet ne repose cependant pas uniquement sur cette enveloppe provinciale-fédérale, estime Josée Néron. «Pour ce qui est du financement, on s’est inscrit dans le PAFIRS, mais si on regarde partout dans les grandes villes du Québec, beaucoup de ces projets-là ont vu le jour grâce à un décret gouvernemental.»

Différentes options sont également sur la table, a-t-elle ajouté, afin d’étudier de façon indépendante la démolition et la reconstruction de l’autogare de Chicoutimi devenu désuet.

Impact sur les événements
Les impacts de la pandémie sur la tenue d’événements n’auront pas d’effets, selon la mairesse de Saguenay, sur l’intérêt porté envers le projet d’amphithéâtre. La Ligue de hockey junior majeur du Québec (LHJMQ) a par exemple annoncé que sa saison régulière se déroulera sans spectateurs dans les arénas du Québec.

«On s’entend que la COVID aura une durée», a mentionné la mairesse. Elle a rappelé que le projet de centre multifonctionnel n’est «pas qu’une patinoire» et qu’il vise à répondre aux besoins des milieux culturels et de l’événementiel, tout en dynamisant le centre-ville.