Usine Alma de Rio Tinto Alcan

Le PQ tarde à livrer la marchandise

Les travailleurs de l'Usine Alma de Rio Tinto Alcan se sentent abandonnés par Alexandre Cloutier. Sans tourner complètement le dos au candidat péquiste, le président du syndicat, Hugues Villeneuve, déplore son inaction dans le dossier des échanges énergétiques entre Rio Tinto Alcan et Hydro-Québec.
Dans le conflit de 2012, rappelons-le, les fameuses ententes secrètes avaient obligé la société d'État à acheter pour environ 148 millions$ d'énergie dont elle n'avait pas besoin. À ce moment, Alexandre Cloutier avait promis de rétablir ce rapport de force. Depuis, rien n'a bougé, déplore le président syndical, craignant que la situation se reproduise si un conflit de travail éclate en 2015.
«Ce sont tous les Québécois qui ont payé ça de leurs poches. On pensait que le gouvernement allait pouvoir changer les choses. Mais on se sent laissé pour compte. On a l'impression que le gouvernement est plus ouvert aux entreprises qu'aux travailleurs. Avec les libéraux ce n'est pas mieux, il faut le dire. Ils ont clairement dit qu'ils n'interviendraient pas dans ces ententes», laisse tomber M. Villeneuve.
Ce dernier demande donc à nouveau à Alexandre Cloutier de se commettre sur les échanges d'énergie entre Rio Tinto Alcan et Hydro-Québec. Le ministre a récemment répondu sur plusieurs tribunes qu'il ne renégocierait pas l'entente actuelle, mais a assuré qu'à son renouvellement, la situation sera corrigée. Ce qui laisse croire que RTA pourra une fois de plus vendre son énergie à Hydro-Québec si un lock-out survient en 2015. L'entente sera encore valide à ce moment.
«Il y a eu des fenêtres intéressantes où le ministre aurait pu négocier cet aspect dans l'entente. On peut penser au prolongement des cuves précuites à Arvida. L'entente a été modifiée pour ça. Maintenant, avec les demandes pour un prix sous le tarif L, comme il a été donné à Alcoa, c'est un autre bon moment pour modifier l'entente», estime M. Villeneuve.
Joint hier, le ministre Alexandre Cloutier n'a pas pu accorder d'entrevue au Quotidien, en raison d'un horaire trop chargé.
Mobilisation des troupes
Les travailleurs de l'Usine Alma de Rio Tinto Alcan se préparent à un éventuel conflit de travail. Les cotisations syndicales par employé ont grimpé de 25$ par semaine, confirme Hugues Villeneuve, président du Syndicat des travailleurs de l'aluminium d'Alma (STAA-Métallos). Cet argent permettra de garnir le fonds d'urgence en vue d'un potentiel lock-out en 2015.
«La décision de créer ce fonds a récemment été prise en assemblée. On a fait la même chose avant le lock-out de 2012. On préfère de loin négocier, mais on n'a pas le choix de penser à un potentiel conflit aussi. On est responsable de l'organisation syndicale et on doit être préparé au pire. Rien ne peut être pris à la légère», exprime M. Villeneuve, rappelant que la convention collective signée lors du dernier conflit de travail viendra à échéance en 2015.