Certaines mesures seront complétées d’ici la fin de l’année 2019, alors que d’autres le seront d’ici juin 2020.

Le plan d’action progresse à la CS des Rives-du-Saguenay

Les dirigeants de la Commission scolaire des Rives-du-Saguenay sont en voie de réaliser les nombreuses mesures correctives imposées par le ministère de l’Éducation en mai 2018 afin d’améliorer le climat de travail à l’intérieur des murs de l’établissement. En plus, ils ont décidé d’en faire même un peu plus.

Le plan d’action mis de l’avant à la CS comporte huit objectifs spécifiques à modifier, changer ou à réaliser. À l’intérieur de ces objectifs, les dirigeants ont établi environ 70 mesures précises.

Les objectifs ont été réalisés en grande partie, d’autres sont en cours de réalisation, certaines analyses sont en cours, alors que d’autres seront évalués dans les mois à venir. Certaines mesures seront complétées d’ici la fin de l’année 2019, alors que d’autres le seront d’ici juin 2020.

L’élaboration de ce plan d’action fait suite à l’arrêté ministériel de juin 2018, après que des employés du ministère de l’Éducation, du Loisir et du Sport aient mené leur enquête. Des recommandations avaient ensuite été soumises au ministre.

Cette enquête ministérielle faisait suite à la situation cahoteuse des deux dernières années où la CS a embauché la directrice générale, Chantale Cyr, avant de la congédier une vingtaine de mois plus tard. Mme Cyr aurait connu des difficultés avec la présidente du conseil des commissaires, Liz Gagné. D’ailleurs le Tribunal du travail du Québec tient présentement le procès en lien avec les plaintes de harcèlement psychologique et de congédiement illégal déposées par Chantale Cyr.

« Le plan d’action tient compte de tous les éléments que le ministère a demandé dans son arrêté ministériel. Mais nous sommes allés plus loin encore, notamment sur la gestion et les politiques de la CS des Rives-du-Saguenay », explique Claudie Fortin, responsable des communications.

« Au mois de mai, nous allons remettre notre rapport final au ministère. Tout ce qui devait être fait devrait l’être. Il faut dire que nous avons mis à peu près tout le monde à contribution pour sa réalisation », ajoute-t-elle.

Parmi les objectifs spécifiques à améliorer, les responsables veulent faire du climat de la CS un endroit où chaque employé peut évoluer dans la bienveillance. Jusqu’à présent, ils ont mis en place la politique de prévention de violence et du harcèlement au travail. La présence de vigiles dans les différents milieux progresse.

En ce qui a trait à l’objectif de rendre le processus décisionnel, transparent, intègre et éclairé, les trois principales mesures ont été réalisées, une autre est en analyse.

Les divers intervenants ont défini le mandat et les responsabilités de la personne en poste à la direction générale de la CS des Rives-du-Saguenay et sont à réaliser la politique d’évaluation de son rendement. Les dirigeants analysent aussi la délégation de fonctions et de pouvoirs de la DG.

Toujours dans le but d’assurer une compréhension commune des rôles, fonctions, pouvoirs et attentes des comités, ils ont aussi complété à l’avance le dossier des outils de reddition des comptes, de même que le plan de gestion annuel, ainsi que le rapport statutaire sur les décisions stratégiques, le budget et la situation organisationnelle.

Le personnel a aussi travaillé à assurer des engagements de fonds publics intègres, équitables et transparents, à offrir des programmes d’accueil, d’accompagnement et de formation continue notamment.

Parmi les ajouts, la CS travaille sur un plan de développement et de relève en place sur la gestion collaborative, de même que la vision de développement organisation et un programme de formation de travail destiné au personnel du Service des ressources humaines.

Enfin, la CS a amendé et bonifié le code d’éthique et de déontologie pour les commissaires et du code d’éthique pour le personnel et les bénévoles