Le pilote Billie Flynn a replié ses ailes

Normand Boivin
Normand Boivin
Le Quotidien
Après des milliers d’heures de vol aux commandes de plus de 80 aéronefs, dont les chasseurs les plus modernes qui soient, Billie Flynn a replié ses ailes.

Le pilote, qui a passé une partie de sa vie au Saguenay aux commandes de CF-18, prenant la relève de son père qui avait fendu notre ciel dans les années 60 aux commandes du Voodoo, vient de réaliser son dernier vol dans l’appareil le plus moderne qui soit, le F-35.

Ce n’est pas un hasard ! Car il s’est joint au fabricant Lockheed-Martin il y a 11 ans comme pilote d’essai du nouvel avion furtif en lice pour remplacer les CF-18 canadiens.

De passage au Saguenay en juin 2019, lors du Spectacle aérien international de Bagotville comme représentant de la compagnie, il avait évidemment vanté les mérites du chasseur qu’il a poussé à ses limites pendant toutes ces années.

À LIRE AUSSI: Le F-35 recommandé par le pilote d’essai Billie Flynn

En fait, il était LE pilote d’essai du F-35, faisant la vie dure aux trois modèles, soit la version conventionnelle qu’on a pu voir à Bagotville, la version STOVL (décollage court et atterrissage vertical) et celle pour les porte-avions.

Né en Allemagne, alors que son père était posté à la base canadienne de Baden-Baden, il a passé sa petite enfance au Saguenay pendant le séjour du paternel à l’Escadron 425 qui accueillait les intercepteurs CF-101 Voodoo. Il nous avait d’ailleurs raconté l’été dernier qu’il avait eu la piqûre alors que le dimanche, après la messe, il allait s’asseoir dans le cockpit du chasseur.

Billie Flynn était pilote à Bagotville lorsque le Canada avait reçu ses premiers CF-18, au début des années 80, et fut le premier Canadien, en 1985, à intercepter un bombardier soviétique Tupolev Tu-95 Bear avec le nouveau chasseur.

Billie Flynn a cumulé plus de 2000 heures sur le CF-18, un jalon que peu de pilotes atteignent, autant sur le F-16, à la faveur d’un échange avec les Américains, et fut même pilote d’essai de l’Eurofighter Typhoon, qui fut un temps en compétition avec le F-35 pour remplacer la flotte de chasseurs canadiens.

Dans le monde de l’aviation, on souligne par une douche deux événements bien précis: le jour du premier vol en solo, celui où on quitte la piste sans instructeur assis à droite (ou derrière), et le dernier vol. La vidéo tweetée par Lockheed-Martin souligne l’événement.

À 62 ans, celui qui a un peu de sang bleu dans les veines permet de répondre à une question que les gens posent souvent: « Jusqu’à quel âge peut-on piloter un avion de chasse ? »