Diane Perron et Jacqueline Lagacé, deux des instigatrices des Jardins Therrien, ont procédé à la coupe officielle du ruban pour inaugurer le jardin communautaire en compagnie du conseiller Marc Pettersen et de Pierre Audy, représentant du député Denis Lemieux, qui ont tous deux soutenu le projet.

Le Pentagone fera pousser un jardin communautaire

Plusieurs dizaines de résidants de la coopérative d'habitation Le Pentagone du secteur nord de Chicoutimi ont procédé à l'inauguration officielle de leur jardin communautaire, mardi, en fin après-midi.
Les Jardins Therrien, nommés ainsi en l'honneur d'un résidant qui n'a pas eu le temps de voir son rêve prendre forme avant son décès, sont le fruit d'un labeur de deux ans d'un groupe de personnes qui habitent la coopérative. 
L'ambiance était à la fête lors du passage du Quotidien. Les petits croquaient à pleines dents dans des carottes tout juste sorties de terre pendant que les grands se félicitaient pour le travail accompli. 
Jacqueline Lagacé et ses complices caressaient le projet de voir des fruits et légumes cultivés à deux pas de leur résidence depuis longtemps. 
« Le conseiller Marc Pettersen a été le premier à nous donner des sous. Puis on a eu une subvention de 12 850 $ de Denis Lemieux au fédéral », affirme celle qui devait accueillir le député pour l'inauguration. Ce dernier, qui a eu un empêchement, était finalement représenté par son adjoint, Pierre Audy. 
Le jardin d'environ 3000 pieds carrés est situé sur l'un des terrains de la coopérative. Il est divisé en 20 espaces où chacune des familles occupantes peut faire pousser fruits, légumes et herbes de son choix. 
« Vingt places sont disponibles. Lorsque quelqu'un quitte la coopérative, on donne l'espace à quelqu'un d'autre. J'ai une liste d'attente », se réjouie Jacqueline Lagacé, une des initiatrices du projet.
À voir l'abondance et la vigueur des différents plants qui garnissent l'espace disponible, la première année de récolte a été bonne pour le groupe qui a créé des liens.
« C'était un besoin. C'est très rassembleur. Des gens qui habitent ici depuis 40 ans et qui ne s'étaient jamais parlé ont tissé des liens. Ça crée une synergie », témoigne Jacqueline Lagacé. 
« Le but était aussi de mélanger les générations. Ça permet aux aînés de sortir de l'isolement et c'est l'occasion d'enseigner aux jeunes enfants comment poussent les légumes. »
L'an prochain, un espace pourrait d'ailleurs être réservé aux petits qui souhaitent cultiver la terre. 
« C'est vraiment un succès. On est content », conclut la dame en souriant.