La nouvelle mairesse de Saguenay, Josée Néron, accompagnée de quelques candidats de l'ERD à la dernière élection municipale

Le PCS a amassé plus que l'ERD en 2016

Le Parti des citoyens de Saguenay (PCS) a amassé plus d’argent en 2016 que l’Équipe du renouveau démocratique (ERD). La formation politique fondée par Jean Tremblay, dont l’avenir semble incertain dans la foulée de l’élection du 5 novembre dernier, a récolté 46 655 $ en contributions versées par des citoyens. Le parti de Josée Néron a pour sa part recueilli 39 557 $.

Voilà ce qui ressort des états financiers des deux partis politiques municipaux pour la dernière année, que Le Quotidien a consultés. La Loi oblige toutes les formations politiques à déposer des documents vérifiés par une firme comptable au greffe de leur ville avant le 1er avril de l’année suivante. 

En consultant les chiffres fournis par le PCS, on remarque que 272 personnes ont versé une contribution de 100 $ ou plus. Le rapport de l’auditeur ne fait pas état des dons de moins de 100 $. Du côté de l’ERD, 287 personnes ont donné. De ce nombre, 174 ont versé 100 $ ou plus (32 454 $), tandis que 113 ont fourni moins de 100 $ (7103 $). Le parti dirigé par Josée Néron a reçu 18 383 $ en remboursements d’allocations et de frais de recherche par la municipalité. Le PCS n’a rien obtenu, puisqu’il n’a officiellement existé que pendant les deux derniers mois de 2015. 

Charges

Du côté des charges encourues en 2016, le Parti des citoyens de Saguenay a fait état de dépenses totalisant 12 871 $. De ce montant, 4110 $ ont été utilisés en télécommunications. La tenue d’activités ou de manifestations à caractère politique a nécessité des débours de 3927 $, tandis que 1527 $ ont été investis en publicité. Le PCS a injecté 1286 $ pour l’acquisition de fournitures de bureau et a payé 906 $ en honoraires professionnels. Pour l’ERD, un parti qui était plus structuré en 2016 puisqu’il détenait déjà une présence à l’hôtel de ville de Saguenay, 19 598 $ ont été dépensés pour des activités à saveur politique. La publicité a coûté 3010 $ au parti, alors que 3435 $ ont été utilisés pour des services professionnels. L’Équipe du renouveau démocratique a terminé l’exercice financier 2016, dernier avant l’année électorale, avec un excédent de 32 261 $. Pour le PCS, l’année s’est soldée avec un surplus de 33 784 $.

Dominic Gagnon, chef du Parti des citoyens, au centre de deux candidats défaits, Laval Ménard et Sylvie Gaudreault

Des appuis de candidats, élus et collaborateurs

À même ses états financiers, chaque parti politique municipal doit inclure les noms des donateurs qui ont contribué à son financement au cours de l’année. 

Parmi la liste fournie par le PCS se trouvent plusieurs conseillers qui représentaient la formation à la table du dernier conseil de ville et quelques candidats aux récentes élections. Ainsi, Jean Tremblay, Jean-Yves Provencher, Luc Boivin, Sylvie Gaudreault, Martine Gauthier, Réjean Hudon, Luc Blackburn, Michel Mallette, Laval Ménard, Marie-Pier Lemieux, Carolle Dallaire (qui a quitté le PCS en cours de campagne pour devenir indépendante), Kathleen Boulanger et Guylaine Vézina ont tous versé entre 200 et 300 $ à leur équipe.

Des membres de la direction de Promotion Saguenay ont aussi donné de l’argent au PCS. L’ex-directeur général devenu consultant, Ghislain Harvey, et le directeur des affaires corporatives, Claude Bouchard, ont fait un chèque, tout comme une poignée de membres du conseil d’administration de la société de développement économique (Réjean Laforest, Marc Fecteau, Laval Gagnon). Les membres du cabinet de l’ex-maire Tremblay, Gilbert Fortier, Line Gagnon et Frédéric Guérin, ont aussi fait don de 100 $ ou plus, au même titre que le directeur général du Camping Jonquière et candidat défait à l’échevinage dans Lac-Kénogami en 2013, Richard Brabant. Les administrateurs du PCS, René-Philippe Harvey et Adam Boivin, ont aussi appuyé financièrement leur formation politique, tout comme l’ex-administratrice Hélène Deschênes, qui a plus tard tourné le dos à l’Équipe Dominic Gagnon pour soutenir le candidat indépendant Jean-Pierre Blackburn. 

Pour ce qui est de l’ERD, les conseillères Josée Néron et Christine Boivin ont chacune donné 300 $. Parmi les candidats aux élections de 2017, Jean-Yves Desmeules, Marc Bouchard, Brigitte Bergeron, Guy Bouchard et Michel Potvin ont tous délié les cordons de leurs bourses en faveur de leur parti. Les employés du cabinet de l’ERD, Luc Desbiens et Nadia Bergeron, de même que la directrice des communications d’alors, Catherine Bergeron, ont aussi contribué à garnir les coffres de l’Équipe du renouveau démocratique. Il en va de même pour l’ancien maire de Shisphaw, Réjean Bergeron, qui fait partie du comité de transition de Josée Néron à l’hôtel de ville.

Ghislain Harvey

Contributions maximales 

Avant cette année, les contributions maximales à un parti politique étaient fixées à 300 $. Les règles ont toutefois changé et depuis le 1er janvier 2017, il n’est plus possible de donner plus de 100 $, sauf en année électorale, où un don maximal de 200 $ est admissible.