Le Parti des citoyens demande le départ de Josée Néron

Le Parti des citoyens de Saguenay réclame le départ de Josée Néron au sein du conseil d’administration de Promotion Saguenay. Cette demande fait suite aux recommandations émises dans le rapport du ministère des Affaires municipales et de l’Occupation du territoire (MAMOT) sur les méthodes de gouvernance de trois organisations liées à la Ville de Saguenay.

Rappelons que le MAMOT a rendu public, vendredi, un rapport sur Promotion Saguenay, Diffusion Saguenay et la Société de gestion de la zone portuaire. Dans celui-ci, le ministère recommande de retirer la mairesse Josée Néron et trois conseillers municipaux du conseil d’administration de Promotion Saguenay.

Le chef du Parti des citoyens de Saguenay (PSC), Dominic Gagnon, souhaiterait voir cette recommandation mise à l’œuvre. Par voie de communiqué de presse, il a fait part de son mécontentement envers la mairesse et son désir de voir une réforme dans la sélection des membres du conseil. « Bien que le recrutement des administrateurs doit être basé sur un profil de compétence, ceux-ci doivent être élus à l’assemblée générale annuelle des membres de l’organisme et surtout pas nommés par le conseil municipal comme c’est le cas actuellement », a insisté le chef du parti.

En ce moment, c’était le conseil d’administration qui nommait ses membres, ce que Dominic Gagnon considère comme inacceptable. « Encore une fois, force est d’admettre que le jugement et les compétences de la mairesse doivent être sérieusement remis en question », a conclu le chef du Parti des citoyens de Saguenay, dans son message.

Une idée du PCS

Il faut savoir que c’est le parti dont il est issu, le PCS, qui avait créé Promotion Saguenay et sa structure organisationnelle. Jean Tremblay, ancien maire de la Ville de Saguenay et ancien président de Promotion Saguenay, trouvait tout à fait normal de voir les pouvoirs concentrés autour de lui. Lorsqu’il était à la tête de Promotion Saguenay, son chef de cabinet, Ghislain Harvey, était aussi directeur général de l’organisation. Dans une récente entrevue, Jean Tremblay a soulevé qu’il considère que les postes qu’avait Ghislain Harvey se mariaient bien. « Les pouvoirs étaient concentrés autour de moi, mais c'est normal. Au gouvernement, les pouvoirs sont concentrés autour des premiers ministres. Je ne vois pas ce qu'on peut rapprocher à ça », s'est-il défendu.