Gisèle Dallaire et la députée Karine Trudel ont tenu un point de presse, jeudi au Centre de Femmes au Quatre-Temps à Alma, pour rappeler les enjeux touchant les femmes dans la circonscription.

Le NPD à la défense des femmes

Le premier ministre Justin Trudeau a délaissé les femmes, dénonce la candidate du Nouveau Parti démocratique (NPD). En point de presse, jeudi, Gisèle Dallaire a tenu à rappeler les enjeux qui frappent la gent féminine dans Lac-Saint-Jean. C’est d’ailleurs dans sa circonscription que l’écart entre les sexes est le plus grand en matière de salaire et de travail dans la région. Les femmes gagnent 41 % de moins que les hommes dans la MRC Maria Chapdeleine et 35 % de moins dans la MRC Lac-Saint-Jean-Est, selon le dernier bulletin statistique régional.

« On ne se le cachera pas, bien que la foresterie, la gestion de l’offre et la couverture cellulaire soient des enjeux prioritaires, il ne faut pas oublier que les femmes de Lac-Saint-Jean sont davantage touchées par la morosité économique via la précarité du travail, l’iniquité salariale et les difficultés particulières qui touchent les femmes », pointe Mme Dallaire.

Triste bilan

La candidate a souligné le piètre bilan des libéraux dans le dossier de la disparition des femmes autochtones, l’équité salariale et leur récent refus de moderniser le Code du travail canadien pour octroyer plus de soutien financier aux femmes enceintes ou allaitant (projet de loi C-345).

« L’Enquête nationale sur les femmes et les filles autochtones disparues et assassinées mise en place par Trudeau devait répondre à un besoin criant et une promesse claire. Malheureusement, le processus que le premier ministre a choisi est une vraie farce. Il fait plus de tort que de bien », estime la candidate dans Lac-Saint-Jean.

Gisèle Dallaire souhaite maintenant que le débat sur les enjeux touchant les femmes soit présent dans la campagne et invite les femmes de Lac-Saint-Jean à s’impliquer, partager leurs problématiques et interpeller tous les candidats pour des engagements clairs à ce sujet.

Jagmeet Singh s'amène au Lac-Saint-Jean

Le chef du Nouveau Parti démocratique (NPD), Jagmeet Singh, brisera la glace au Québec mardi en allant prêter main-forte à sa candidate au Lac-Saint-Jean.

C’est la première région à l’extérieur de Montréal dans laquelle M. Singh se rendra depuis son élection à la tête du parti dimanche. (Avec La Presse canadienne)

Marc Maltais a rencontré plusieurs intervenants du monde agricole.

Maltais rencontre les agriculteurs

Candidat bloquiste, Marc Maltais a rencontré plusieurs intervenants du monde agricole, jeudi, à Saint-Gédéon. Réunis à la ferme Médard, Mario Théberge, président de l’UPA, Daniel Gobeil de la Fédération des producteurs de lait, Normand Côté de Médard et Pierre-Marie Gagnon des Producteurs de bois en forêt privée, ont dressé la liste des enjeux liés à leur industrie. 

Marc Maltais a promis de surveiller de près le gouvernement libéral qui s’est engagé à conserver la gestion de l’offre. À la fin du mois de septembre, rappelons-le, le Bloc québécois a fait adopter à l’unanimité par la Chambre des communes une motion réclamant la protection intégrale de la gestion de l’offre dans la renégociation de l’Accord de libre-échange nord-américain (ALÉNA).

Action Chômage interpelle les candidats

Le Mouvement Action Chômage (MAC) Lac-Saint-Jean interpelle les candidats à l’élection partielle et réclame un financement provenant du fédéral. L’organisation, qui oeuvre depuis 15 ans à la défense collective et individuelle des droits des chômeurs, dispose d’un budget récurrent de 30 000 $ du gouvernement provincial. « Ce ne suffit pas à maintenir le MAC ouvert à l’année. Les fermetures temporaires sporadiques placent les prestataires, qui ont besoin d’aide et de support, dans une situation d’insécurité et de précarité », écrit la coordonnatrice de l’organisation, France Simard. 

Cette dernière demande aux candidats de s’engager à trouver le financement pour maintenir les services dans leur circonscription. « Bien que les organismes en défense de droits des chômeurs, comme le MAC, interviennent dans le cadre de l’application d’une loi fédérale, ils ne reçoivent aucun financement en provenance du gouvernement fédéral », dénonce Mme Simard. 

À quelques jours du scrutin, cette dernière fera le point sur les candidats qui se sont engagés en ce sens ou qui ont ignoré son appel à l’aide.