Jean-François Courtois pose en compagnie de sa conjointe, Dinah Courtois.
Jean-François Courtois pose en compagnie de sa conjointe, Dinah Courtois.

Le nouveau visage de la Californie

Annie-Claude Brisson, journaliste de l'Initiative de journalisme local
Annie-Claude Brisson, journaliste de l'Initiative de journalisme local
Le Quotidien
Le Robervalois d’origine Jean-François Courtois célébrait, jeudi dernier, son 16e anniversaire en Californie. Celui qui oeuvre comme ingénieur en informatique chez Microsoft a vu son quotidien se transformer, au cours des dernières semaines, en raison des mesures mises en place afin de freiner la propagation de la COVID-19.

« On voit beaucoup mieux les montagnes. Habituellement, on voit toujours une couche de pollution. Depuis une semaine, je n’ai jamais vu les montagnes aussi clairement. La différence se voit à l’oeil nu », témoigne celui qui vit à Mountain View dans la Silicon Valley.

Le confinement de la grande majorité des Californiens laisse le territoire dans un état quasi désertique. « Habituellement, le trajet de cinq kilomètres entre la maison et mon travail prend environ 40 minutes. Je disais à mes parents qu’on pourrait presque jouer au hockey dans les rues », raconte celui qui habite un secteur qui a été parmi les premiers à être mis en confinement.

Le plus grand ajustement pour la famille Courtois est sans aucun doute la suspension des cours pour leur garçon de six ans qui est en première année dans une école franco-américaine.

« On a l’habitude de lui imposer des limites quant au temps passé devant les écrans. Là, il devait passer six heures en ligne par jour. On lui demandait d’ouvrir l’ordinateur, de se brancher et d’ouvrir une session. Au début, il adorait cela. Ensuite, il a compris qu’il ne verrait pas ses amis ni ses cousins. Il s’est mis à poser beaucoup de questions quant au virus », raconte Jean-François Courtois.

Le jeune Liam Courtois fréquente une école franco-américaine.

Le métier d’infirmière de sa conjointe a également été à l’origine de certaines inquiétudes. Les craintes face au virus ont ensuite fait place à une réduction du travail alors que beaucoup moins de patients se présentaient à la clinique où elle travaille.

Depuis quelques jours, celui qui cumule 15 années d’expérience chez Microsoft bénéficie d’un congé de travail. L’entreprise réputée pour les avantages sociaux offerts à ses employés a mis en place un congé parental spécial.

« Ça aide beaucoup, j’ai tout mon temps pour accompagner mon fils dans son projet d’école à distance. Je suis seul à la maison à pouvoir l’aider en français », mentionne M. Courtois.

Les communications virtuelles n’ont rien de nouveau pour cette famille. Ayant vécu en Europe et à Seattle, Jean-François Courtois a rapidement habitué ses parents qui résident à Mashteuiatsh aux nouvelles technologies de communication, et ce, bien avant que ce soit tendance.

Il souligne que la famille a déjà l’habitude de se réunir, sur le Web, lors des différentes fêtes inscrites au calendrier.

La nouvelle Californie

Pandémie oblige, la Californie, premier État américain à interdire les sacs plastiques il y a quelques années, ne permet plus, pour le moment, l’utilisation de sacs réutilisables. Les épiceries habituellement ouvertes 24 heures sur 24 ont réduit leurs heures d’ouverture. Le pain, les fruits frais, le fromage et le poulet sont maintenant difficiles à trouver pour les clients qui doivent obligatoirement porter un masque.

Les Californiens se préparent tranquillement à une reprise de la vie quotidienne. Jean-François Courtois rapporte que les politiciens indiquent déjà qu’il ne s’agira pas d’un retour à la normale. Le port du masque et la prise de température pourraient bien faire partie de cette nouvelle réalité.