Le Manoir Champlain compte maintenant 101 cas, incluant le personnel.
Le Manoir Champlain compte maintenant 101 cas, incluant le personnel.

Le nombre d’hospitalisations explose, les RPA continuent d’inquiéter

Louis Tremblay
Louis Tremblay
Le Quotidien
Le CIUSSS du Saguenay-Lac-Saint-Jean doit composer avec une explosion du nombre d’hospitalisations causée par les différentes éclosions de COVID-19 dans les résidences privées pour personnes âgées, en plus de la confirmation de nouveaux cas dans deux CHSLD déjà identifiés comme des foyers d’éclosion.

Le bilan quotidien faisait état mercredi de 70 hospitalisations, dont 5 aux soins intensifs COVID-19 de l’hôpital de Chicoutimi. Pour cette dernière catégorie, le CIUSSS dispose d’une place supplémentaire en soins intensifs et a pris la décision de diminuer de 4 lits le service pour des raisons de main-d’œuvre.

La capacité d’hospitalisation actuelle du CIUSSS déployée dans les hôpitaux de Chicoutimi, Jonquière, Alma et Roberval est désormais de 81 lits. Cette capacité est répartie en 67 lits d’hospitalisation et 8 lits de spécialité. Il faut ajouter à ce nombre les 6 lits de soins intensifs. Le CIUSSS a déplacé un seul patient dans un hôpital de Québec, depuis le début de la seconde vague.

Le nouveau coeur de la pandémie est toujours dans les résidences pour personnes âgées de Chicoutimi. Le Manoir Champlain compte maintenant 101 cas, incluant le personnel, alors que le virus continue de se propager comme une traînée de poudre à la Villa Saguenay, avec 98 cas, toujours en incluant le personnel. Le Manoir Champlain compte 404 résidents et la Villa Saguenay en regroupe 266.

La situation est toujours aussi préoccupante dans le secteur d’Alma, où le Domaine des aînés compte, en date de mercredi, 95 cas avec le personnel.

On compte 98 cas de COVID-19 à la Villa Saguenay, sur un total de 266 résidents.

Le CIUSSS a toujours bien en vue l’état de situation dans les CHSLD alors que des éclosions ont éclaté dans les établissements Isidore-Gauthier, Jacques-Cartier, de la Colline, Mgr Victor-Tremblay et Georges-Hébert depuis le début de la pandémie. Les éclosions avaient été stoppées rapidement à de la Colline et Mgr Victor-Tremblay. Un nouveau cas a toutefois été confirmé à de la Colline pour porter le nombre à 3 et Mgr Victor-Tremblay compte maintenant 5 cas, deux de plus que la veille. Le modèle d’éclosion de COVID-19 dans ces deux CHSLD ne suit pas les mêmes courbes que celles observées à Jacques-Cartier, Isidore-Gauthier et de la Colline pendant la première vague.

Les observations faites mardi par le directeur régional de la Santé publique sur un ralentissement de la transmission communautaire à partir des fluctuations des cas actifs sont toujours pertinentes malgré les 148 nouveaux cas rapportés mercredi. À la longue, le virus circulera beaucoup moins dans la communauté et aura inévitablement un impact à la baisse sur les cas quotidiens.

La présidente de la Fédération interprofessionnelle de la santé du Québec dans la région, Julie Bouchard, déclarait mercredi que la situation du réseau de la santé était de plus en plus fragile à l’approche des Fêtes.

« La question que les gens doivent se poser est de savoir si jamais ils sont malades, est-ce qu’il y aura des infirmières, infirmières auxiliaires ou inhalothérapeutes pour leur prodiguer des soins. C’est certain que si la population ne respecte pas les directives pour les Fêtes, en raison de la situation que nous vivons, le mois de janvier risque d’être très difficile. »