Selon Marc Archer, directeur général de la Corporation LACtivité pêche Lac-Saint-Jean, l’endroit idéal pour la mise à l’eau des gros bateaux sera l’une ou l’autre des deux rampes sous le pont de la 169, à Desbiens.

Le niveau du lac Saint-Jean complique l'ouverture de la pêche

L’arrivée tardive du printemps pourrait priver les amateurs de pêche sportive d’entamer leur saison vendredi comme ils l’auraient souhaité. Le niveau du lac Saint-Jean devrait se situer sous les 11,5 pieds, vendredi, selon les prévisions de Rio Tinto, ce qui rendra plusieurs points de mise à l’eau impraticables.

« Je pense que l’endroit idéal pour se mettre à l’eau pour les gros bateaux, ce sera l’une ou l’autre des deux rampes de mise à l’eau sous le pont de la 169 à Desbiens. À Val-Jalbert, les gens devront se mettre à l’eau à bras », explique le directeur général de la Corporation LACtivité pêche Lac-Saint-Jean (CLAP), Marc Archer. 

À mesure que le niveau du lac Saint-Jean augmente, le couvert de glace disparaît progressivement. Ainsi, les glaces du Piékouagami devraient céder d’ici lundi, selon lui, puisque « la crue n’a pas encore commencé », mais on l’attend sous peu. Il se fie notamment aux images satellites recueillies où l’on voit de l’eau par-dessus la glace noire pour faire ses prédictions. 

Pour l’instant, certains secteurs demeurent donc impossibles d’accès cette fin de semaine. « Il y a beaucoup de poissons dans le lac. Nous sommes vraiment au sommet du cycle de l’abondance, c’est pourquoi nous avons devancé la pêche de deux semaines cette année. C’est difficile parce que les glaces demeurent normalement jusqu’à la mi-mai alors on doit faire avec », affirme M. Archer. 

La zone de pêche au large de Chambord sera une véritable manne de la ouananiche, cet été, selon lui, mais « tout est actuellement en glace dans ce coin-là ».

Où pêcher vendredi ?

Marc Archer assure cependant que des zones seront accessibles lors de l’ouverture officielle de la pêche, vendredi. 

Parmi celles-ci, on compte notamment l’embouchure de la rivière Métabetchouane à Desbiens, l’embouchure de la rivière Ouiatchouan à Val-Jalbert et une zone en eau libre au large de Roberval. Les pêcheurs pourront aussi taquiner le poisson tout près du secteur de l’Île-Bouliane dans le parc national de la Pointe-Taillon. 

« On va essayer de pêcher comme on peut. Il va y avoir beaucoup de fervents c’est certain », souligne M. Archer.