Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.

Le Musée Louis-Hémon regarde vers l’avenir

Guillaume Pétrin
Guillaume Pétrin
Le Quotidien
Article réservé aux abonnés
La maison Samuel-Bédard maintenant déménagée à son nouveau lieu d’accueil, en plein coeur de Péribonka, la direction du Musée Louis-Hémon se tourne vers d’autres projets, nombreux et annonciateurs d’un avenir prometteur.

Par exemple, le dossier de la vente des différentes propriétés a nettement progressé. Des appels d’offres publics avaient effectivement été lancés et, à ce jour, les ventes rapporteront près de 220 000 $ à l’institution.

Le montant de la vente de la bleuetière s’élève à près de 170 000 $. C’est l’organisme Développement collectif Maria-Chapdelaine (DCMC) qui s’en est porté acquéreur.

« On a obtenu le prix que l’on souhaitait dans le cas de la bleuetière […] qui restera encore de propriété communautaire car c’est l’organisme de DCMC qui avait la possibilité ‘‘d’accoter’’ l’offre la plus élevée qui a remporté le lot », a fait savoir Richard Hébert, président du conseil d’administration du musée.

Pour ce qui est des deux terrains aménagés et constructibles en bordure de la rivière Péribonka, ils ont été vendus à des intérêts privés, des gens du secteur, pour un montant total d’environ 50 000 $.

Quant au terrain où se trouve l’actuel musée, il demeure invendu, mais des pourparlers seraient en cours, selon la direction.

Richard Hébert a aussi affirmé en conférence de presse, vendredi, que ces montants soulageront les finances du musée en attendant sa réouverture, prévue d’ici 2022.

« Ce qui nous permet encore une fois de garnir nos coffres, mais on est encore loin de la coupe aux lèvres avant que l’on puisse couper le ruban pour l’ouverture du musée. Il nous reste encore beaucoup de dépenses à venir, mais on est prêt […], il nous reste encore une campagne de financement à ébaucher. »

« L’Hymen à Maria » déménagera aussi

Qu’arrivera-t-il aux deux monuments commémoratifs que l’on retrouve sur le site actuel du Musée Louis-Hémon ?

Autant celui érigé en 1919 en l’honneur de Louis Hémon que celui de Ronald Thibert nommé officiellement Femme et terre, mais qui est communément appelé «L’hymen à Maria», seront relocalisés près du nouveau bâtiment Espace Péribonka. « Mais pour l’instant, il n’y a pas encore de démarches officielles de faites », soutient la directrice Guylaine Perron.

Rappelons qu’à travers les années, ces deux monuments ont tour à tour suscité différentes controverses auprès de la communauté locale.

Le premier, en forme d’obélisque, était l’initiative de la Société des Arts, Sciences et Lettres de Québec. On raconte qu’à l’époque, il ne faisait pas l’unanimité au sein de la population de Péribonka, car certains habitant étaient outrés de la façon dont l’écrivain français les décrivait.

L’entreprise Terrassement et Levage de Bâtiment TMT, de Saint-Bruno, s’est occupée des opérations.

Le deuxième monument est une sculpture de granit noir et d’aluminium installée en 1986 devant le pavillon contemporain du musée et représentant le sillon des labours comprimés au cœur d’une sombre forêt.

Vu la forme de l’oeuvre, rappelant les organes génitaux d’une femme, certains citoyens s’en offusquaient et y voyaient là une sculpture qu’ils qualifiaient « d’obscénité scandaleuse ». Encore aujourd’hui, le Musée soutient cependant qu’il s’agit de l’une des principale attraction du site!

Un grand chantier

La conseillère municipale Guylaine Proulx a rappelé que le déménagement de la maison Samuel-Bédard représentait une autre étape de franchie dans le vaste projet d’Espace Péribonka. « C’est un autre morceau du puzzle du grand chantier touristique Espace Péribonka qui s’est réalisé avec brio cette semaine. »

« La caserne de pompiers est presque complétée et la construction d’Espace Péribonka se poursuit. La structure d’acier commencera à être érigée dès la semaine prochaine. C’est très emballant pour une municipalité de petite taille de faire de grands projets. »

Les bâtiments composant la Maison Samuel-Bédard, la maison et le hangar, ont été transportés avec succès sur le site du futur complexe multifonctionnel Espace Péribonka, situé en plein coeur du village.