Augustin Gaudreault, qui réside dans le secteur du chemin des Côteaux depuis 1976, craint que la solution visant à modifier le profil du ruisseau Fortin n'emporte un jour une partie de la sablière. Le citoyen a fait signer une pétition d'opposition au projet à 300 personnes.

Le MTQ veut déménager la chute du ruisseau Fortin

Le ministère des Transports du Québec (MTQ) entend réaliser d'importants travaux visant à modifier le lit du ruisseau Fortin à L'Anse-Saint-Jean. Le but est de faire passer l'imposante chute de la rue des Coteaux du côté gauche afin de sécuriser le chemin ainsi que trois résidences construites au pied du plan d'eau. Toutefois, un vent d'opposition se soulève face à ce projet.
Parmi les opposants figure Augustin Gaudreault, propriétaire du 39 chemin des Coteaux, qui possède le terrain où sera aménagée la nouvelle chute. Ce travailleur forestier à la retraite demeure dans le secteur depuis 45 ans. Il est l'un de ceux qui a assisté à la destruction du chemin des Coteaux à deux reprises, en 1996, lors du déluge du Saguenay, ainsi que lors du passage d'Irène en août 2011.
Depuis deux ans, M. Gaudreault est en discussions avec le MTQ qui souhaite détourner le ruisseau Fortin sur ses terrains dans le but d'éliminer les deux ponts enjambant le ruisseau tout en sécurisant la route menant au secteur Périgny et à la station de ski du Mont-Édouard. La nouvelle chute serait encaissée dans le roc et aménagée en étagements afin de réduire la force de descente de l'eau. 
Il faut dire que les ruisseaux Fortin et du Portage qui le rejoignent constituent de véritables bombes à retardement lorsque surviennent des coups d'eau. Ils ont fait l'objet de nombreux réaménagements avec plusieurs déviations et enrochements qui n'ont pas résisté aux assauts de Dame nature. 
Selon M. Gaudreault, les nombreuses interventions effectuées dans les ruisseaux constituent une partie du problème. Selon lui, le tracé du ruisseau Fortin a été dévié au bas de la chute où l'on retrouve trois résidences. « Les dommages sont survenus chaque fois parce que le ruisseau a voulu revenir dans son lit original.  J'ai toujours dit qu'on serait mieux de respecter la nature plutôt que de vouloir la modifier. Un jour elle va parler », explique l'Anjeannois.
Solutions proposées
Lors d'une visite sur le terrain, M. Gaudreault affirme qu'il a proposé certaines solutions au ministère des Transports. Plutôt que de dévier la chute de l'autre côté de la route, le citoyen a proposé d'aménager des ponceaux à la tête de la chute, ce qui éliminerait un pont, et de procéder à des travaux de dynamitage dans la chute de façon augmenter sa capacité d'évacuation.
Selon lui, le déménagement de la chute, même encastrée dans le roc, constitue un risque puisque le nouvel aménagement serait situé au pied d'une sablière et au bas d'une pente d'au moins 200 pieds. Il craint qu'en cas d'un énorme coup d'eau et du débordement de la rivière, ce soit toute la montagne qui serait emportée.
La présence d'une érablière de 2000 à 3000 érables sur son terrain de 30 acres, le zonage agricole du secteur lui font dire que le projet devrait être repensé. Au cours des derniers jours, une rencontre a eu lieu avec le député de Dubuc, Serge Simard, les représentants du ministère des Transports et M. Gaudreault.
Du coté du ministère des Transports, la porte-parole, Véronique Lalancette, confirme qu'un projet est à l'étude visant à sécuriser le chemin des Côteaux ainsi que les résidences construites en contre-bas et améliorer la stabilité du sol par le déplacement de la chute du ruisseau Fortin en éliminant deux courbes.
Des rencontres d'information ont eu lieu à laquelle ont participé des représentants de la municipalité.
En ce qui a trait à la suggestion de M. Gaudreault d'aménager deux ponceaux à la tête de la chute, la porte-parole affirme que les analyses ont démontré que cette solution aurait un impact négatif encore plus grand que le statu quo.
Pour le moment, le projet en est encore au stade de la gestation puisqu'aucun plan et devis n'est encore réalisé.
Du côté de L'Anse-Saint-Jean, le maire Lucien Martel s'est montré favorable au projet que prépare le MTQ. Selon lui, même après avoir été réaménagé lors de la dernière tempête d'importance, le ruisseau Fortin a continué de faire des siennes en détruisant partiellement l'enrochement effectué. Il en va de la sécurité des résidences en contrebas, mais aussi des installations d'aqueduc aménagé dans le secteur.