Le développement des sentiers de vélo de montagne a connu un important essor dans les dernières années au Mont-Édouard.
Le développement des sentiers de vélo de montagne a connu un important essor dans les dernières années au Mont-Édouard.

Le Mont-Édouard songe à offrir des services pour les cyclistes

La hausse de popularité de la pratique du vélo de montagne et de marche dans les sentiers incite la direction du Mont-Édouard à étudier la possibilité d’ouvrir très prochainement les portes du chalet principal pendant la période estivale afin d’offrir quelques services de restauration ainsi que la possibilité d’hébergement sur le stationnement.

Le maire Lucien Martel affirme que lors de la dernière séance du conseil municipal, les élus ont donné leur autorisation à l’analyse d’un projet-pilote visant à développer une activité vélo pendant la saison chaude. Les cyclistes qui se rendraient sur place pourraient accéder aux salles de toilettes et aux douches du chalet de ski, tout en ayant la possibilité de s’héberger dans une tente ou un véhicule récréatif stationné au pied de la montagne. Seuls les acquéreurs de billets d’accès aux pistes de vélo pourraient avoir accès au terrain d’hébergement moyennant le paiement d’un droit d’occupation du terrain. « Nous aurions un prix déterminé pour un nombre de billets de vélo. Si on ouvre pour le vélo, il faut tout de même offrir des services comme le bar, la vente de sandwichs ou de repas légers », a-t-il déclaré.

Le maire Martel observe que le Mont-Édouard n’est pas la seule station à vouloir devenir un attrait quatre saisons en tentant d’attirer les cyclistes de montagne, en citant le Tobo-Ski de Saint-Félicien et le Mont-Lac-Vert à Hébertville.

Selon lui, il ne serait pas nécessaire d’embaucher un grand nombre de personnes pour réaliser l’activité. Une personne affectée à l’entretien des lieux et une autre affectée au bar ou à la restauration pourrait suffire dans un premier temps, même si rien n’est encore coulé dans le béton quant à la préparation des pro forma.

En ouvrant le stationnement pour l’accueil de cyclistes, M. Martel affirme qu’il n’est pas question d’entrer en concurrence avec les deux terrains de camping existants. Il convient toutefois qu’il commence à se faire tard dans l’été pour offrir le service puisque bien des gens ont entamé leurs vacances estivales. Les mois de septembre et octobre seraient toutefois propices pour approcher les cyclistes de montagne.

À la direction générale de la station, Frédéric Blouin prévoit procéder à l’ouverture de la terrasse extérieure de la station dès cette semaine. Le public et les cyclistes auraient accès à un bar extérieur, à cinq tables aménagées en respect des règles sanitaires actuelles ainsi qu’aux toilettes du côté du local de ski de fond. « Les gens qui viendraient passer la journée en vélo de montagne pourraient accéder à la terrasse afin de s’asseoir et discuter du jeudi au samedi, lors de 4 à 7 », précise-t-il. La vente des billets de vélo se déroulera en ligne.

Il s’agit d’un début modeste dans le cadre d’un projet-pilote qui permettra d’évaluer comment les choses se déroulent au niveau logistique. « Dans le cadre de ce projet-pilote, on ne devait pas ouvrir cet été, mais on est plus avancés dans notre développement qu’anticipé. On a la capacité de le faire », conclut-il.