Le microbiologiste Roger Savard est d’avis qu’il faut améliorer les différentes mesure pour contrer la propagation du virus dans les CHSLD avant de se lancer dans une ouverture plus large des activités économique et sociale.
Le microbiologiste Roger Savard est d’avis qu’il faut améliorer les différentes mesure pour contrer la propagation du virus dans les CHSLD avant de se lancer dans une ouverture plus large des activités économique et sociale.

Le microbiologiste Roger Savard plutôt tiède à l’idée d’un déconfinement

Le microbiologiste Roger Savard du CIUSSS du Saguenay-Lac-Saint-Jean n’est pas partisan d’un déconfinement tant et aussi longtemps que les CHSLD ne seront pas en mesure d’assurer une plus grande sécurité aux résidents en éliminant si possible l’entrée du virus dans ces milieux de vie.

Dans le cadre du point de presse de la direction de la Santé publique sur la situation dans la région, le microbiologiste n’a pas caché son hésitation sur toute la question du déconfinement, même si cette phase de la pandémie sera inévitable.

Le microbiologiste a admis que ce bilan sur le nombre d’employés contaminés peut jouer sur le moral des équipes. Il y aura donc une modification dans la gestion des cas au CHSLD de la Colline. Des tests additionnels seront réalisés afin de vérifier si le calcul fait à partir de l’épidémiologie se confirme en laboratoire.

Malgré ce bilan, Roger Savard assure que la situation n’est pas hors de contrôle dans ce CHSLD. « Nous allons voir dans la prochaine semaine l’effet des dernières mesures prises », a précisé le spécialiste. Il a aussi évoqué le fait que le rapport d’une infirmière faisait état d’une stabilisation de la situation dans une aile du centre.

Son collègue et directeur de la Santé publique, le docteur Donald Aubin, a réitéré que les efforts étaient faits pour soutenir le CHSLD afin de limiter la contagion. Le virus, a soutenu le docteur Aubin, est efficace pour déjouer les mesures de protection et le monde de la santé a encore beaucoup de choses à apprendre sur son comportement.

Il n’y a pas encore de décision sur la façon dont le gouvernement du Québec procédera au retour progressif à la normale. Donald Aubin réitère que ce déconfinement devra se faire lentement afin de permettre de moduler les choses si jamais le virus refait son apparition par moment au sein de la population. La population, il faut le rappeler, et selon les premières études sérologiques, n’aura pratiquement pas été exposée au virus.