Le marché immobilier de la région métropolitaine de recensement (RMR) de Saguenay a connu, au deuxième trimestre de 2018, sa plus forte progression depuis 2012.

Le marché immobilier se porte bien à Saguenay

Le marché immobilier résidentiel de la région métropolitaine de recensement (RMR) de Saguenay a connu un bon démarrage d’avril à juin. Les activités de revente ont connu une hausse de 9 % lors du deuxième trimestre de l’année 2018 par rapport à la même période en 2017. Les secteurs de la périphérie nord de Saguenay et de La Baie ont enregistré le plus de transactions. Le marché demeure toujours avantageux pour les acheteurs, vu le nombre abondant de propriétés à vendre.

Au cours du deuxième trimestre de 2018, 384 ventes résidentielles ont été réalisées sur le territoire. Ce résultat s’inscrit comme la plus forte progression enregistrée à cette période de l’année depuis 2012. La compilation des statistiques sur la vente, émise par la Chambre immobilière du Saguenay–Lac-Saint-Jean, a aussi permis de savoir que 331 résidences unifamiliales ont changé de main ; 23 copropriétés et 29   (de deux à cinq logements) ont aussi été cédés.

Bien que l’ensemble des secteurs de la RMR ait connu un bond, c’est définitivement la périphérie de Saguenay (qui comprend, entre autres, Saint-David-de-Falardeau, Saint-Honoré et Saint-Fulgence) qui connaît la plus forte hausse des ventes, soit 37 %. L’arrondissement La Baie suit derrière, enregistrant 19 % du nombre de transactions. Le secteur Chicoutimi/Canton-Tremblay termine la marche à 14 %, avec 49 transactions dénombrées. 

Le prix médian d’une propriété unifamiliale, qui avait connu un léger fléchissement au premier trimestre de 2018, a connu un bond de 1 %, s’établissant ainsi à 182 750 $. En moyenne, le délai pour vendre une demeure unifamiliale est fixé à 140 jours, soit neuf jours de plus qu’au deuxième trimestre de 2017. Le nombre d’inscriptions en vigueur a continué d’augmenter pour un quatrième trimestre consécutif, alors que 1632 propriétés résidentielles étaient affichées au système Centris des courtiers immobiliers dans l’ensemble de la RMR, soit 3 % de plus que d’avril à juin 2017.

L’avantage aux acheteurs

« L’offre de propriétés demeure cependant relativement abondante, ce qui favorise assez largement les acheteurs au moment des négociations » a expliqué Carlos Cordeiro, directeur général de la Chambre immobilière du Saguenay–Lac-Saint-Jean et porte-parole de la Fédération des chambres immobilières du Québec (FCIQ) pour cette même région. 

Partout au Québec

La situation est semblable partout au Québec, où un record a été enregistré aussi au deuxième trimestre de 2018, avec 27 037 ventes, une augmentation de 9 % par rapport au même trimestre de 2017. Alors que toutes les catégories de résidence ont connu une hausse de ventes, c’est la copropriété qui se hisse au sommet des transactions dans la Belle Province, avec 14 %. Finalement, les propriétés vendues au deuxième trimestre dans la province de Québec ont trouvé preneur plus rapidement qu’il y a un an. Les unifamiliales se sont vendues en 105 jours en moyenne, soit en huit jours de moins qu’à la même période un an plus tôt.