Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.

Le manque d’équipement force le CIUSSS à limiter le télétravail

Louis Tremblay
Louis Tremblay
Le Quotidien
Article réservé aux abonnés
Le CIUSSS du Saguenay-Lac-Saint-Jean ne dispose pas du matériel informatique nécessaire pour répondre à la demande du premier ministre François Legault de mettre un maximum de travailleur en télétravail afin de freiner la propagation de la COVID-19.

Le Syndicat du personnel de bureau, des techniciens et des professionnels de l’administration FSSS-CSN a confirmé cette réalité et a fait ressortir que l’annonce du gouvernement a été faite sans vérifier la situation qui prévaut dans le réseau de la santé.

«Devant ce constat, deux choses, soit que le premier ministre a encore une fois fait une annonce sans avoir préalablement tout validé les informations sur la faisabilité de ce qu’il demande, soit que le CIUSSS fait fi des mots d’ordre et applique les consignes à moitié. De plus, si effectivement l’incapacité du CIUSSS est reliée à un manque réel d’équipement, il nous semble être en présence d’une gestion négligente puisque depuis des mois maintenant, le télétravail est fortement encouragé et suggéré » a déclaré Sandra Quirion, présidente du syndicat.

Le syndicat considère que le CIUSSS envoie un mauvais message à la population en étant incapable de mettre un plus grand nombre d’employés en télétravail. Lors du point de presse mercredi, le premier ministre du Québec avait donné le mot d’ordre autant aux employés du secteur privé que ceux du secteur public de mettre un maximum de travailleurs en télétravail pendant la période des Fêtes.

«L’importance de chaque petit geste pour lutter contre cette pandémie a été mainte fois démontrée depuis le début de cette crise. Le CIUSSS, comme organisation, se doit de ramener à l’ordre certaines de ses directions, forcer le télétravail et lutter contre cette vieille perception que certaines personnes vont profiter pour abuser de ces conditions. D’autant plus que le télétravail est devenu la réalité de beaucoup d’entreprises et de concitoyens au Québec», a conclu Sandra Quirion.