Jacquelin Juneau, un administrateur de la Maison du Bel-Âge expliquait, le 8 juillet dernier, que l’établissement ne peut pas payer la modernisation sans l’aide de l’État.
Jacquelin Juneau, un administrateur de la Maison du Bel-Âge expliquait, le 8 juillet dernier, que l’établissement ne peut pas payer la modernisation sans l’aide de l’État.

Le MAMH en mode solution pour la résidence du Bel-Âge

Guillaume Roy
Guillaume Roy
Initiative de journalisme local - Le Quotidien
La ministre Andrée Laforest a demandé à son équipe au ministère des Affaires municipales et de l’Habitation (MAMH) de trouver le maximum de financement disponible pour permettre la rénovation de l’aile destinée aux aînés autonomes de la résidence du Bel-Âge à Dolbeau-Mistassini.

Il y a plus d’une semaine, le 8 juillet, la résidence du Bel-Âge a fait une sortie médiatique dénonçant l’impasse financière devant laquelle elle se trouvait, car la Société d’habitation du Québec (SHQ) lui avait refusé le financement demandé, via le programme AccèsLogis, prétextant que la résidence avait reçu un financement de 200 000 dollars du gouvernement fédéral pour la rénovation de la cafétéria en 2010.

Le conseil d’administration de la résidence demande 3 millions de dollars à Québec, pour financer l’aile pour les aînés autonomes. En ce moment, on retrouve 16 chambres dans cette aile non climatisée, dont plusieurs sont trop petites. De plus, les aînés doivent partager une salle de bain.

La rénovation de ce secteur permettra de construire 24 studios modernes et climatisés, avec une salle de bain par studio. Les couloirs seront agrandis et des chambres permettront la venue de personnes à mobilité réduite, ce qui n’est pas le cas en ce moment.

Jusqu’à maintenant, la SHQ avait répondu au promoteur qu’elle pouvait seulement financer l’agrandissement et les nouveaux studios. Toutefois, l’importance de la rénovation de la résidence pour le secteur et pour le CIUSS, qui logera 32 patients en ressource intermédiaire dans l’autre aile de la résidence, force le MAMH à trouver une solution.

« Nous sommes préoccupés par la situation et j’ai demandé à mon équipe pour trouver une voie de passage pour que la résidence puisse obtenir le maximum de subventions, a expliqué Andrée Laforest. Nous voulons organiser une rencontre en août pour faire le point avec les organismes et les gens impliqués. »

Pour l’instant, difficile de dire si le MAMH pourra financer la totalité des 3 millions de dollars demandés, mais on soutient que tout sera fait pour trouver le maximum de fonds en finançant différentes parties de la rénovation qui peuvent être admissibles, ajoute-t-on au cabinet de la ministre.

Informé de la situation, le président du conseil d’administration de la résidence du Bel-Âge, Roger Côté, se réjouit de l’ouverture du MAMH, tout en gardant une dose de scepticisme dans l’attente d’une annonce officielle.

Étant donné que la rénovation de l’aile de ressource intermédiaire, qui est déjà financée grâce à un partenariat avec le CIUSSS, doit être faite le plus rapidement possible, la résidence souhaite lancer les appels d’offres en décembre pour commencer la construction au printemps 2021. Pour y arriver, le conseil d’administration souhaite toutefois attacher le financement de l’aile pour aînés autonomes le plus rapidement possible, afin d’assurer la quiétude et l’hébergement de tous les résidents pendant les rénovations.