Le maire mise toujours sur FerroAtlántica

Le dossier de l'implantation de la multinationale FerroAtlántica n'est vraiment pas terminé. La destination finale ne semble pas encore arrêtée.
Le maire de Saguenay, Jean Tremblay, rencontre vendredi un représentant du président de l'entreprise espagnole à Montréal.
Alors que les gens d'affaires et politiques de Shawinigan laissaient entendre la semaine dernière la compagnie spécialisée dans le silicium était pour s'implanter dans cette région de la Mauricie, le maire de Saguenay n'a alors pas hésité à communiquer avec le président de la compagnie.
Celui-ci lui avait indiqué que rien n'était encore décidé, que la candidature de Saguenay figurait toujours dans les plans, mais que l'offre présentait quelques faiblesses. Saguenay n'a fait ni un ni deux et a vu à améliorer son offre finale, semble-t-il.
«Je peux vous dire que je rencontre un représentant du président de FerroAtlántica cette semaine», lance Jean Tremblay au Quotidien.
«La personne arrive directement de l'entreprise en Espagne. Nous allons faire le point. Je vais lui démontrer que je connais les faiblesses de notre offre et que je sais ce qui ne marche pas. Sauf qu'en retour, je vais lui proposer des solutions pour régler le tout», a indiqué le maire.
Ce dernier ne veut pas exposer sur la place publique les points faibles de l'offre saguenéenne par rapport aux critères et aux besoins de FerroAtlántica, afin de ne pas donner de munitions aux autres villes intéressées par cette aventure.
Mais en sachant que la décision finale n'est pas encore prise, Jean Tremblay entend tout mettre en oeuvre pour attirer la compagnie au Saguenay, lui qui travaille le dossier depuis plus d'un an.
L'espoir est toujours possible pour Saguenay. Même si tout semblait déjà réglé pour Shawinigan, il n'y a encore eu aucune annonce de faite, et ce, même si le caucus du Parti québécois s'est déroulé la semaine dernière à Shawinigan et que plusieurs ont cru que le moment était propice pour une conférence de presse.
Saguenay se retrouve en compétition avec Port-Cartier et Shawinigan pour l'obtention d'un investissement de 375 millions$ et la création de plus de 300 emplois.