Le maire d'Alma, Marc Asselin, a réagi à la sortie du maire de Roberval, Guy Larouche, quant aux vols d'essai du Centre d'excellence des drones.

Le maire Marc Asselin rassure la population

Le maire d'Alma, Marc Asselin, a réagi à la sortie du maire de Roberval, Guy Larouche, quant aux vols d'essai du Centre d'excellence des drones. Se faisant rassurant, le maire Asselin a fait savoir que la population serait consultée et que le CED s'ajusterait dans un souci d'harmonie avec toute la région.
Joint hier en fin d'après-midi, le maire d'Alma semblait plutôt étonné de cette sortie, alors que tout indiquait en décembre passé que le projet du CED de demander des couloirs aériens pour des tests de vol avait été bien accueilli. Or, selon le maire de Roberval, l'inquiétude se fait sentir, notamment auprès des pilotes d'avions privés.
«L'équipe du CED se prépare à aller à la rencontre des gens qui ont des inquiétudes et des griefs, et aussi, permettre d'ajuster les demandes qui seront faites à Transports Canada, d'expliquer M. Asselin. On avait déjà eu vent de ces inquiétudes avant le temps des Fêtes, alors là, on a un peu l'impression de vivre le jour de la marmotte. Mais c'est important de rectifier encore une fois et d'expliquer aux gens. »
À la suite de certains commentaires reçus en décembre, le CED a mis en veilleuse sa demande de couloirs aériens afin de rencontrer tous les intervenants affichant de l'inquiétude. Ce qui ressort principalement des commentaires soumis au CED, c'est qu'il faut bien informer la population afin que de faire cesser la propagation de fausses rumeurs.
«Certains individus ont soulevé que le CED demanderait l'arrêt de navigation sur le lac Saint-Jean, de raconter le maire Asselin. Écoutez... c'est impossible que ces choses-là arrivent. Il faut faire attention à ce qui peut se dire comme rumeurs sur les réseaux sociaux. Je comprends qu'il y ait des pilotes qui soient un peu inquiets de subir des contraintes vis-à-vis ce dossier-là, mais ce n'est pas ce qui va arriver. Ce n'est pas le cas du tout. Ça ne se fera pas dans le but de nuire à qui que ce soit. Au contraire, on le fait dans l'esprit de développer l'économie régionale. »
À cet effet, le maire Asselin insiste sur le caractère régional du CED. Bien que celui-ci soit situé à Alma, les opérations du CED risquent fort bien de rayonner sur toute la région. " On veut aller au-delà de ce qu'on a toujours fait chez nous, c'est-à-dire l'aluminium et la forêt. Il faut s'élargir un peu. On voit bien que ce sont des secteurs en perte de vitesse au niveau de l'emploi, alors il faut trouver des nouveaux créneaux. Et s'il y en a un qui est très prometteur, c'est celui des drones. Le monde de l'aéronautique s'en va là. »
Enfin, selon M. Asselin, le CED pourrait devenir non seulement une pièce importante de l'économie régionale, mais aussi au niveau du savoir. " Ville d'Alma à elle seule n'a pas tous les moyens d'aller de l'avant dans ce dossier-là. Je pense entre autres à la base de Bagotville qui nous soutient là-dedans et qui aura besoin des résultats de certaines recherches. Je pense aussi à l'Université du Québec à Chicoutimi où, déjà, des démarches ont été entreprises afin de mettre sur pied une chaire de recherche sur l'acceptabilité sociale parce que ça passera par là. La population devra aussi se familiariser avec cette technologie qui est très sécuritaire. Évidemment, c'est vrai que c'est spécial de se dire qu'il n'y a pas de pilotes à bord des drones, mais il reste que ce sont des appareils qui sont contrôlés. »
Jmartel@lequotidien.com