Gilles Potvin, maire de Saint-Félicien, a rencontré le premier ministre Justin Trudeau à Ottawa.

Le maire Gilles Potvin ira à Washington

Le maire de Saint-Félicien, Gilles Potvin, se rendra à Washington, les 15 et 16 mai, au sein d'une délégation de l'Union des municipalités du Québec (UMQ), afin de sensibiliser les intervenants américains à l'impact des droits compensatoires dans l'industrie du bois d'oeuvre.
Il sera accompagné de quatre autres maires du comité sur la forêt de l'UMQ et du négociateur d'expérience John Parisella. Le maire de Drummondville, Alexandre Cusson, agira comme chef de mission.
Les envoyés souhaitent rencontrer des associations d'entrepreneurs, des gens de l'industrie du bois et des élus pour échanger sur les enjeux, qui eux ultimement pourront mettre de la pression sur le gouvernement américain.
«Il y a déjà une dizaine de sénateurs, des associations de consommateurs et des membres de l'industrie de la construction qui ont accepté de nous rencontrer. On veut livrer un témoignage des conséquences de la surtaxe», a expliqué M. Potvin vendredi soir, en entrevue téléphonique avec Le Progrès.
«L'impact se fera sentir autant du côté canadien qu'américain, croit le maire jeannois. Nous sommes trop interreliés. Il va y avoir des pertes d'emploi et des coûts des deux bords, et c'est la classe moyenne qui va en payer le prix. Par exemple, on estime qu'il coûtera entre 3500 $ et 4000 $ de plus pour chaque nouvelle maison construite aux États-Unis.»
Les délégués de l'UMQ étaient d'ailleurs à Ottawa vendredi matin, où ils ont rencontré le premier ministre Justin Trudeau pour solliciter un appui financier. «Nous avons été reçus de façon exceptionnelle. M. Trudeau s'est engagé à adapter les programmes pour soutenir l'industrie et à créer un programme spécifique pour aider les communautés. Il est très content de nos efforts et nous appuie», assure M. Potvin.