Jean Tremblay estime que Saguenay n'a pas d'argent à investir dans un projet de téléphérique, peu importe les motivations de ses instigateurs.

Le maire désapprouve le projet de téléphérique

Le maire Jean Tremblay est complètement en désaccord avec le projet de téléphérique qui relierait la Pulperie de Chicoutimi et la zone portuaire à compter de 2017. Le maire est catégorique: le projet n'a pas de raison d'être.
«Ils s'amuseront quand je ne serai plus là. Moi, je n'ai pas le temps de m'occuper de ça», a-t-il affirmé au cours d'un entretien téléphonique. «Le téléphérique, ça m'apparaît être une bébelle.»
Jean Tremblay estime que Saguenay n'a pas d'argent à investir dans un tel projet, peu importe les motivations de ses instigateurs.
«Il y a bien des besoins dans la ville. Il faut entretenir nos parcs, nos bâtisses, on a les demandes d'organismes. Ça n'a pas de sens. Je ne peux pas endosser ça. Quand on me dit que c'est pour les croisiéristes, ça n'a pas de sens. Il ne faut pas devenir fou non plus. La ville, ce n'est pas les croisiéristes d'abord, c'est les citoyens d'abord. Avec tous les besoins qu'on a, on n'est pas près d'avoir de l'argent pour ça. Et on ne taxera pas les citoyens pour une affaire de même.»
Pourtant, dans la dernière édition du Progrès-Dimanche, Jacques Fortin, directeur général du musée régional, affirmait que le projet évalué à 4 M$ avait l'appui du premier magistrat. Il soutenait même que le maire s'était montré emballé par l'initiative.
«Jacques Fortin m'en a parlé très vaguement. Je ne savais même pas où c'était. Il avait dit que ce serait entièrement subventionné par le gouvernement. Je lui ai dit de venir me présenter ça en temps et lieu.»
Jacques Fortin n'a pas retourné les appels du Quotidien.