Le maire Réjean Bouchard.

Le maire de Saint-Bruno dénonce la façon de faire de la SQ

Le maire Réjean Bouchard estime que la Sûreté du Québec (SQ) a agi de manière unilatérale en décidant de rouvrir la route Saint-Alphonse, vers 4 h 15, mercredi matin.
Il déplore le manque de communication entre les différents services qui ont été impliqués lors du déploiement des mesures d'urgence, dans la nuit de mardi à mercredi.
Vers 22 h 30 mardi soir, des fermetures de route ont été décrétées, notamment dans le secteur de Saint-Bruno en raison des conditions routières extrêmement difficiles.
« À la suite de la tempête de février, nous avions convenu avec le ministère des Transports et la Sécurité civile d'une façon de faire en fermant les routes de manière étanche dans la municipalité de Saint-Bruno. Un centre d'urgence a été ouvert à la mairie pour permettre à des gens pris dans leur auto de venir trouver refuge. Ç'a duré toute la nuit. Lorsque la SQ a décidé de rouvrir la route Saint-Alphonse située au centre de la municipalité, ils ne nous en ont même pas parlé », déplore le magistrat.
« Je leur ai dit que ce n'est pas parce qu'ils sont en autorité qu'ils sont l'autorité suprême. Ç'aurait été quoi de prendre du temps pour parler à leurs collaborateurs et de s'assurer de bien faire les choses avant de décréter la réouverture de la route ? On retenait les gens depuis 22 h 30 la veille », poursuit M. Bouchard.
Dans la matinée de mercredi, les représentants des bureaux du député et premier ministre, Philippe Couillard et du ministre de la Sécurité publique, Martin Coiteux étaient en communication avec les autorités municipales.
« Il y a eu des coquilles dans cette intervention qui n'est pas sans rappeler la bévue de l'autoroute 13 survenue récemment à Montréal », termine le maire Bouchard.
Ce dernier estime que de 40 à 50 personnes ont passé la nuit au centre d'urgence.