Richard Hébert a hâte d'obtenir des informations plus concrètes concernant la construction d'un nouveau pont sur la rivière Mistassini.

Le maire de Dolbeau se croise les doigts

La ville de Dolbeau-Mistassini ne sait toujours pas si le nouveau pont qui enjambera la rivière Mistassini sera à deux ou quatre voies. En revanche, sa construction pourrait débuter en 2016 et nécessiter des investissements de plus de 50 M$.
« Le nouveau directeur régional m'a dit qu'il me rencontrerait prochainement pour me présenter les détails du projet. Je ne sais pas si c'est de bonne augure pour un quatre voies. J'ai bien hâte d'avoir cette rencontre pour savoir quand le début des travaux s'effectuera », a mentionné le maire Richard Hébert.
Le magistrat s'est présenté cette semaine à la conférence de presse tenue par le premier ministre Philippe Couillard pour présenter la planification 2014-2016 du ministère des Transports. « Ce qui m'a surpris, se sont les sommes avancées dans le document. On parle d'investissements de 5 à 10 M$ dans le communiqué, c'est beaucoup moins que prévu. Je présume que c'est seulement une partie du montant total », se questionne Richard Hébert.
Le responsable des communications du ministère des Transports, Guillaume Paradis, a mentionné que cette somme de 5 à 10 M$ est prévue pour la conception des plans du pont et le processus d'acquisition de commerce, de maisons et de terrains. Selon les chiffres avancés par le ministère des Transports, l'ouvrage est évalué à plus de 50 M$. Les travaux pourraient commencer en 2016 et seraient échelonnés sur une période de trois ans.
Les plans initiaux prévoyaient un pont à quatre voies, mais selon nos sources, Québec aurait demandé à la direction régionale de justifier le besoin d'un pont à quatre voies, à défaut de quoi il devrait être à deux voies seulement. Le responsable des communications a affirmé qu'aucune décision n'était prise et que c'est lors de la phase de conception des plans et l'analyse du débit du trafic que le choix sera fait.
Expropriation
Avant d'amorcer sa construction, le ministère doit s'entendre avec des propriétaires de maisons et d'entreprises pour réaliser des expropriations. Un gros morceau, car le projet prévoit l'expropriation des garages Ford et Multiconcessionnaire de Jean Dumas. « Nous avons amorcé les discussions, il y a huit mois. J'attends qu'il me dépose une offre. Il faut que le ministère paye pour l'achat d'un terrain et pour la construction d'un nouveau bâtiment selon les exigences de Ford », a mentionné l'homme d'affaires qui n'a pas voulu dévoiler les coûts liés à la construction d'une nouvelle bâtisse.