Jocelyn Fradette, Marc Asselin, François Carrier, Frédéric Tremblay et Alain Fortin ont tous été élus par acclamation à Alma, vendredi.

Le maire d’Alma couronné

« J’ai gagné le gros lot avec Guylaine. » Marc Asselin n’a pas pu cacher ses émotions, vendredi, lors de sa réélection à la tête de la ville d’Alma. Le maire sortant n’a eu aucune opposition pour ce nouveau mandat, lui évitant une campagne de plusieurs semaines.

Pour l’occasion, il a tenu à rendre un petit hommage à sa conjointe qui l’a toujours encouragé dans son travail d’élu municipal. « Je tiens à remercier ma conjointe. Car ça prend beaucoup d’abnégation de la part de nos conjoints pour accepter ce qu’on fait. Merci de prendre le temps de m’endurer », a exprimé M. Asselin, avec quelques trémolos dans la voix.

En plus du maire sortant, trois conseillers sur huit, Jocelyn Fradette, Alain Fortin et Frederic Tremblay, ont été réélus sans opposition. Un nouveau venu, François Carrier, a également été élu échevin vendredi.

« Avec cette absence d’opposition, j’interprète qu’on a fait du bon travail dans les huit dernières années. La population était d’accord pour me permettre de continuer. Et j’ai encore la passion, car oui c’est ma passion, de faire de la politique municipale », a ajouté M. Asselin

Ce dernier a vécu des années riches en événements et projets, dont la rénovation du Centre Mario Tremblay, le 150e de la ville et les Jeux du Québec. Pour les quatre prochaines années, Marc Asselin compte se concentrer sur les services aux aînés, les projets numériques et le développement économique. « Avec notre démographique qui change, on n’aura pas le choix de bonifier des services aux personnes âgées. On regarde aussi tout ce qui entoure les villes intelligentes. À l’UMQ, il y a d’ailleurs un comité qui se penche là-dessus. Et à mon avis, c’est le virage qu’il faut prendre », a mentionné M. Asselin.

En ce qui concerne le reste du conseil, il y a élection dans quatre quartiers. Conseiller depuis plusieurs années, Lucien Boily affrontera Olivier Larouche, un jeune homme de 18 ans. Sylvie Beaumont a elle aussi de la concurrence dans son district. Stéphane Morin convoite le même siège. Sur les deux autres postes, ce sont de nouveaux candidats qui se feront la lutte.