Le président de RL Énergies, Éric Larouche, abandonnera bientôt les bidons de lave-glace dans ses stations-service de la région.

Le lave-glace en vrac arrive dans la région

Les premières stations de lave-glace libre-service feront leur apparition au Saguenay–Lac-Saint-Jean au cours des prochains jours, en vertu d’une entente conclue mardi matin entre l’entreprise régionale RL Énergies et un fournisseur de la Rive-Sud de Montréal.

Quatre stations seront d’abord implantées dans la région au cours des prochains jours dans les stations de RL Énergies, qui a annoncé, il y a quelques semaines, un virage vert. Les premières stations seront installées à Laterrière et à Chicoutimi-Nord au Saguenay, puis à Alma et à Saint-Félicien, au Lac-Saint-Jean.

« Quand on a annoncé notre virage [vert], on s’est donné comme objectif d’avoir une vision plus durable. Clairement, les bidons de lave-glace, c’était quelque chose qu’on avait identifié comme élément pour réduire notre empreinte à ce niveau-là », explique le président de RL Énergies, Éric Larouche.

Incidemment, une pétition demandant l’implantation de ce type de stations avait circulé au cours des derniers jours dans la région, récoltant plusieurs centaines de noms.

Investissement de 50 000 $

C’est l’entreprise Station Lave-Glace de Saint-Bruno-de-Montarville qui livrera lesdites stations acquises au coût de 50 000 $. RL Énergies s’est aussi assurée d’avoir le contrat de distribution de lave-glace en vrac pour la région advenant une implantation de masse chez les autres détaillants.

« On veut voir comment la population perçoit ça, puis on va se faire un plan pour en venir à couvrir tout le territoire au cours des prochains mois. Il y a aussi une question d’espace. On a des vannes de lave-vitre qui rentrent en région. En éliminant les bidons, on va réduire de ce côté-là aussi », ajoute Éric Larouche.

Sans connaître le nombre exact de bidons consommés chaque année dans la région, M. Larouche rappelle que cette nouvelle offre fera inévitablement baisser la consommation de contenants de plastique.

« Je n’ai pas les statistiques, mais c’est beaucoup. Au Québec, c’est 80 millions de litres de lave-glace qui sont consommés annuellement. Je ne sais pas quelle est la portion de la demande pour le Saguenay–Lac-Saint-Jean, mais ça représente beaucoup de bidons quand même. »

Prix au litre

Le lave-glace sera donc vendu au litre, comme l’essence à la pompe. Le prix du liquide bleu ne devrait toutefois pas subir les aléas du marché comme c’est le cas avec le carburant.

« On va avoir une approche qui est compétitive, mais dans une approche de développement, il faut que ce soit rentable, autant pour nous au niveau de la distribution que pour les détaillants. On sait qu’il y a une marge bénéficiaire de prévue pour le détaillant par rapport aux bidons, alors on va s’assurer d’avoir un équilibre. Il y a des ajustements [de prix] qui vont se faire selon les saisons, mais ça ne devrait pas fluctuer autant [que le prix de l’essence] », assure le président de RL Énergies.