Le préfet de la MRC de Maria-Chapdelaine, Luc Simard, veut faire partie de la solution.

Le Lac s’est senti écouté

Le préfet de la MRC de Maria-Chapdelaine, Luc Simard, voit d’un bon oeil la volonté du gouvernement du Québec de consulter davantage les régions, mais demeure prudent.

«On va voir. Souvent, les ministères, ce sont des grosses boîtes avec beaucoup de fonctionnaires, donc on espère que ça va suivre la parade, mais normalement, quand une politique donne une orientation, on est bien confiants d’être mieux écoutés qu’au cours des dernières années», exprime M. Simard.

Après Saguenay, le ministre des Affaires municipales et de l’Occupation du territoire, Martin Coiteux, s’est rendu à Saint-Félicien lundi après-midi pour rencontrer les préfets et maires du Lac-Saint-Jean. Il était accompagné du premier ministre du Québec, Philippe Couillard.

Téléphonie cellulaire
Tous les élus du Lac-Saint-Jean se sont entendus pour dire que la téléphonie cellulaire devait être au coeur des priorités régionales.

«On aurait besoin de souplesse dans les programmes qui sont très stricts et ciblés. On l’a vu pour la téléphonie cellulaire. Dans le dernier programme, on n’était pas admissibles. On veut des programmes avec des objectifs plus larges où ce sont les milieux qui se donnent des orientations», lance le préfet de Maria-Chapdelaine.

Ce dernier déplore qu’au sein de certains ministères, notamment celui des Ressources naturelles, la communication demeure difficile.

«On est souvent très peu informés. Au niveau des baux, on se fait imposer des tarifications sans être consultés. Pourtant, on peut trouver des solutions créatives. [...] Actuellement, la tarification n’est pas adaptée à la réalité et au contexte économique d’aujourd’hui», affirme-t-il.

Roberval
Pour sa part, le maire de Roberval, Sabin Côté, estime que l’autoroute entre Alma et La Baie doit être complétée.

«L’air de rien, pour Roberval, ça améliore pas mal la possibilité d’amener les gens», croit M. Côté.

Autre dossier régional d’importance selon lui : le secteur ferroviaire.

«Ça commence à être préoccupant, car si jamais les deux projets de mines se concrétisent, le minerai va passer dans notre cour. Est-ce que la sécurité, comment ça fonctionne, c’est quoi les retombées et les problématiques?», questionne-t-il.

Le maire de Roberval a rencontré le premier ministre lundi matin pour lui présenter en rafale les projets sur lesquels il planche.

«L’écoute et la réceptivité sont très bonnes depuis mon entrée en poste de la part du gouvernement du Québec. Ce sont des gens qui sont accessibles et disponibles quand on a des préoccupations», estime le maire Sabin Côté.