Guylaine Dubé, Guylaine Girard et Cathy Fortin étaient heureuses d'annoncer que le Juvénat de Desbiens avait repris vie.

Le Juvénat de Desbiens a repris vie

Après plusieurs années de démarches, le projet de conversion du Juvénat de Desbiens en milieu de vie pour aider les personnes en difficulté se concrétise.
Jeudi, l'équipe de bénévoles et de permanents a dévoilé les projets en cours. C'est à la suite d'une imposante campagne de financement qui a permis de récolter 1,5 M $ pour sauver cette ancienne école que ce projet d'offrir un lieu inclusif d'accueil est né.
Déjà quatre participants suivent un programme individualisé d'aide pour les remettre sur pied. De ce nombre, deux sont hébergés au juvénat.
Le juvénat accueille donc des gens de tous âges avec des problématiques diverses qui n'ont pas trouvé dans les services actuels les besoins qu'ils recherchaient. « Nous sommes comme une grande famille. C'est cet esprit qui nous anime. La priorité est d'offrir un milieu prônant les saines habitudes de vie relationnelle, psychologique, spirituelle et physique pour favoriser une réintégration harmonieuse dans la société », a mentionné la présidente Guylaine Dubé.
Une philosophie qui a marché pour Guylaine Girard qui est arrivée au juvénat le 8 mars et le quittera la semaine prochaine. « C'est un travailleur de rue qui m'a parlé du juvénat. J'avais besoin de faire le point de retrouver l'estime de moi, je sentais comme un vide. Je ne regrette vraiment pas mon choix. Je suis passé d'un état à trois sur 10 à 10 sur 10. J'ai une meilleure estime de moi, je suis moins dépendante affective et j'ai grandement amélioré mes habitudes de vie. Le plus important, c'est que j'ai réussi à régler une grosse blessure du passé que je pensais inguérissable. Je peux maintenant vivre pour moi », a témoigné la femme de 27 ans.
L'équipe en place mise donc sur un témoignage de la sorte pour inciter des gens à venir se ressourcer dans ce milieu calme et stimulant du juvénat. « Nous avons 30 places en hébergement et beaucoup plus sans hébergement. Nous les intégrons dans la vie communautaire du juvénat et nous respectons leur vitesse. C'est une façon de faire un peu plus novatrice », a mentionné pour sa part la directrice générale Cathy Fortin.
Planification stratégique
La corporation OEuvre vie nouvelle a déposé jeudi sa planification stratégique qui vise à proposer différentes activités complémentaires au programme d'accueil afin d'occuper la grande bâtisse du juvénat et l'immense terrain avoisinant. Il y aura des camps d'été pour jeunes défavorisés, un projet de sentier pour offrir des activités parascolaires, un projet de ciné-club, des camps de répit pour les proches aidants. Il y a des plateaux de travail comme un atelier de réparation de vélo et une friperie. Les idées ne manquent pas.
Un agent de développement a été engagé afin de mettre en place des services payants qui vont permettre de rentabiliser la mission de l'organisme. Déjà, on pense à la location des chambres aux touristes et la location des salles et du gymnase. Évidemment, différentes activités de financement seront proposées.