L’industrie peut décider d’éponger la facture ou de la refiler aux consommateurs.

Vers une hausse du prix de la bière

Le 1er avril, il n’y aura pas seulement votre facture d’électricité qui grimpera (0,9 %). La Régie des alcools, des courses et des jeux (RACJ) prévoit une hausse de 2 % pour le prix plancher de la bière. Le plus gros bond depuis sept ans.

C’est l’information qui a été transmise au Soleil par la RACJ, mercredi. Toutefois, il est important de mentionner que l’indice des prix à la consommation (IPC) du Canada en 2018 a plutôt été de 2,3 %, selon Statistique Canada.

Un élément important lorsqu’on sait qu’habituellement la RACJ ajuste le prix minimum du liquide blond vendu à travers la province en fonction de ce pourcentage.

Jointe une première fois durant la journée de mardi à la suite d’une analyse de l’impact d’un bond de 2,3 % des tarifs sur le marché de la bière réalisée par le site DepQuébec.com, la RACJ n’avait pas voulu commenter le dossier. 

En fin de journée, la direction a toutefois choisi de publier sur son site Internet l’augmentation des tarifs de la bière en prévision du 1er avril. Habituellement, ces données sont avant tout dévoilées dans la Gazette officielle du Québec. 

Dans un document transmis au Soleil, la RACJ explique que pour réaliser son calcul, l’organisation s’est servie de l’indice des prix à la consommation de décembre 2018 (variation sur 12 mois). 

Par le passé, la RACJ semble avoir toujours utilisé l’IPC annuel moyen de janvier à décembre (2,3 %, indice des prix à la consommation : revue annuelle), comme le mentionne la loi. Personne dans l’organisation n’a pu fournir une explication, mercredi.

Si on dresse une comparaison entre les années précédentes et les hausses à partir des données de Statistique Canada, l’augmentation du pourcentage du prix plancher de la bière n’aurait pas été la même avec la formule récemment utilisée. L’an dernier, la hausse aurait été de 1,9 % et non de 1,6 %. 

Mais revenons à nos moutons. À 2 % ou à 2,3 %, il s’agira de la plus forte augmentation depuis depuis 2012 (2,90 %). Précisons qu’en 2015, la hausse avait aussi été de 2 %.

Cette modification dans la tarification, qui variera en fonction de la teneur en alcool par volume, se traduira, par exemple, par un bond de 51 cents (2 %) — ou de 58 cents (2,3 %) — lors de l’achat d’une caisse de 24 bouteilles de bière avec un taux d’alcool de moins de 4,1 % (355ml). La marque Bud Light verra alors son prix plancher pour ce format passer de 25,37 $ à 25,88 $ (2 %). 

Comme autre exemple, le prix minimum pour une caisse de 12 bouteilles de marque Molson Dry (taux d’alcool de 5,5 %) grimpera de 28 cents (2 %) — ou de 32 cents (2,3 %) — dès le 1er avril. La facture qui était de 13,90 $ l’an dernier sera dorénavant de 14,18 $.

Prix de vente

Il est important de préciser que cette augmentation sur le prix de la bière ne se reflétera pas nécessairement de la même façon sur le portefeuille des consommateurs, car plusieurs détaillants et épiciers de la province vendent déjà leurs différentes marques de bière au-dessus du prix plancher. 

Il reste à savoir si la facture sera refilée aux amateurs de houblon ou épongée par des joueurs de l’industrie.

«C’est très élevé comme hausse. L’enseigne Costco et les dépanneurs à rabais comme le Dépanneur Rapido devront assurément revoir leurs prix, car ils offrent encore certains produits aux prix minimums», prévient le responsable du site DepQuébec.com, Guy Leroux. 

«Il y a environ cinq ou six ans, la bière se vendait davantage aux prix minimums dans les dépanneurs du Québec. Aujourd’hui, la tendance a changé. Les prix sur le marché se sont rétablis. Les plus gros joueurs vendent toujours certains produits à faibles coûts, mais seulement en très grosses quantités comme pour des caisses de 60 canettes», poursuit-il, précisant que le Québec demeure l’un des marchés les moins dispendieux à travers le pays.

Il faut dire que certaines chaînes d’épicerie contournent aujourd’hui le prix minimum établi par la Régie des alcools avec des promotions croisées. Par exemple, au cours des derniers mois, des consommateurs ont pu profiter de rabais sur leur épicerie lors de l’achat de deux caisses de bières.