Québec financera une partie du nouveau navire-cargo assurant la liaison entre les Îles-de-la-Madeleine et Montréal. Celui-ci remplacera le CTMA Vacancier, dont la construction remonte aux années 70.

Vers un nouveau lien entre les Îles et Montréal

MATANE – À l'aube de la campagne électorale, Québec s'engage à financer une partie de la construction du navire de la Coopérative de transport maritime et aérien (CTMA) assurant le transport de passagers et de marchandises entre les Îles-de-la-Madeleine et Montréal. Cette annonce a été faite samedi avant-midi par le premier ministre Philippe Couillard, qui était en visite dans l'archipel.

Dans l'appel d'offres international qui sera lancé par la CTMA, le gouvernement impose une exigence d'au moins 30 % de contenu québécois. M. Couillard a aussi annoncé que le contrat d'exploitation de la desserte entre la Société des traversiers du Québec et Navigation Madeleine, filiale exclusive de la CTMA, serait prolongé jusqu'au 31 mars 2020. Puis, dès la mise en service du nouveau bateau, le contrat sera renouvelé pour une période de 20 ans.

Ces annonces permettront de consolider plus de 200 emplois, tout en générant d'importantes retombées économiques sur la communauté maritime. «En reconnaissant le statut insulaire des Îles-de-la-Madeleine, notre gouvernement s'est engagé à adapter ses interventions selon les réalités propres à l'archipel, a déclaré le premier ministre. La construction d'un nouveau navire répond aux besoins exprimés par l'ensemble de la communauté.»

Attendu depuis longtemps

«Excellente nouvelle, s'est réjoui le maire des Îles-de-la-Madeleine, Jonathan Lapierre. C'est une première dans l'histoire des Îles et de la CTMA qu'on va avoir un bateau tout neuf qui va assurer la liaison entre les Îles et Montréal. C'est un bateau-cargo qui va aussi contribuer au développement des croisières. Alors, c'est plus qu'intéressant! C'est quelque chose qui était attendu depuis longtemps. Avoir un bateau neuf qui nous relie à la terre ferme et au reste du continent, c'est un peu comme le prolongement d'une autoroute ou la construction d'un pont.»

Âgé de près de 45 ans, le CTMA Vacancier exige annuellement des dépenses importantes en entretien et en réparations. Ce sont les raisons pour lesquelles la filiale avait annoncé, il y a deux ans, qu'elle souhaitait le remplacer.

Pour l'instant, personne ne veut s'avancer sur une estimation préalable des coûts de construction de ce nouveau navire. Mais, si l'on se fie à ce qu'a coûté le traversier F.-A.-Gauthier, qui assure la liaison entre Matane et la Côte-Nord, le nouveau navire de la CTMA pourrait dépasser les 200 millions $, d'autant plus qu'il doit comporter tous les services nécessaires à une croisière en mer de quelques jours. Les dépenses seront assumées en partie par Québec et la CTMA ainsi que par le biais de prêts provenant d'institutions financières. Les pourcentages de financement assumés par chacune des parties n'ont pas été dévoilés.

Au tour d'Ottawa

Le maire Jonathan Lapierre espère maintenant qu'Ottawa en fera autant en contribuant au financement de l'autre navire de la CTMA, le CTMA Madeleine, soit celui qui assure la traverse entre Cap-aux-Meules et Souris, à l'Île-du-Prince-Édouard, qui est de juridiction fédérale. «Ça nous prend aussi un bateau neuf, soutient-il. C'est un autre lien fondamental. C'est le prolongement de la route avec le reste du Canada.»

En visite à Québec samedi, le ministre des Transports, Marc Garneau, a convenu que la bateau était à remplacer. «C'est un traversier qui est assez âgé [construit en 1981]. C'est quelque chose qui est sur notre radar mais on a pris aucune décision finale. [...] C'est une responsabilité qui incombe à mon ministère et nous sommes en ce moment en train de l'étudier», a-t-il expliqué.

Toujours dans le dossier de la traverse entre les Îles et Souris, M. Lapierre a de nouveau exhorté le gouvernement Trudeau, samedi, de ne pas la soumettre à un appel d'offres, qu'il prévoit lancer bientôt. La CTMA est l'opérateur de la traverse depuis plus de 40 ans et le maire des Îles souhaiterait qu'il en demeure ainsi par un contrat de gré à gré. 

«On souhaite que les Îles soient exclues de ça parce que c'est une traverse qui est importante, qui est notre lien avec le continent, soutient Jonathan Lapierre. On a de grandes attentes là-dessus. On espère un contrat entre la CTMA et le fédéral pour une durée minimum de 20 ans.» La CTMA aurait alors «les coudées franches» pour participer au financement du futur navire. 

«Je connais très bien le dossier. J'en ai parlé avec le premier ministre Couillard hier [vendredi]. Il n'est pas question de diminuer le service», a répondu M. Garneau sur cet enjeu, sans s'engager à répondre à la demande des Madelinots. «Disons que nous avons entendu haut et fort [le maire] sur l'importance que la CTMA continue [d'opérer la traverse] et on est en train d'examiner le dossier en ce moment.» 

Nouvelle grue-portique

Philippe Couillard a aussi profité de sa présence aux Îles pour accorder une aide financière maximale de 3 millions $ pour l'acquisition d'une nouvelle grue-portique au port de Cap-aux-Meules. Cette structure sert notamment à la mise en cale sèche des bateaux de pêche et pour leur remisage pendant l'hiver. Mais, ce nouvel équipement ne pourra être opérationnel tant et aussi longtemps que le fédéral n'aura pas effectué les travaux majeurs évalués à plus de 10 millions $ visant à augmenter la capacité portante de la cale de halage et du quai appartenant à Transports Canada.