L'agression armée est survenue sur la Paillard dans l’arrondissement de Rock Forest lundi.

Une mère de famille poignardée à mort

Un drame familial est survenu à Sherbrooke, lundi, alors qu’une femme de 52 ans a été poignardée à mort par un individu de 34 ans qui serait vraisemblablement son fils aux prises avec des problèmes de santé mentale.

Cette troublante affaire est survenue vers 16 h 15 sur la rue du Paillard dans le secteur Rock Forest.

« Nous avons retrouvé sur les lieux une femme de 52 ans qui avait été blessée par arme blanche. Malheureusement, son décès a été constaté au centre hospitalier », explique le porte-parole Service de police de Sherbrooke, Martin Carrier.

Le suspect de 34 ans a été arrêté sur place par les policiers du SPS.

« Il a été rencontré par nos enquêteurs au quartier général. On parle pour le moment d’un contexte intrafamilial. Nous allons tenter de déterminer ce qui a pu se produire avec nos enquêteurs et le service d’identité judiciaire. Nous avons peu de détails, mais nous allons tenter de déterminer le contexte autour de cette agression d’une femme de 52 ans. Nous allons refaire le fil des événements », soutient le porte-parole du SPS.

Selon des voisins rencontrés par La Tribune, la victime dans cette affaire serait effectivement la mère d’un homme d’une trentaine d’années vivant avec un problème de santé mentale.

Nancy Gosselin, qui demeure en face des lieux du drame, a constaté de visu que cet individu a été arrêté par les policiers.

« Il y a beaucoup de va-et-vient à cet endroit. Au moins trois adolescents y vivent. Nous les connaissons peu, mais jamais nous n’aurions pensé que quelque chose de semblable puisse se dérouler à cet endroit », indique Nancy Gosselin.

Francine Cayer et Denis Cloutier sont « estomaqués » par ce drame qui s’est déroulé devant leur demeure. Ils ont aussi vu le suspect se faire passer les menottes devant leur résidence et la victime sur une civière.

Le suspect de 34 ans a collaboré avec les policiers lors de son arrestation. Une jeune fille était à l’intérieur de la résidence lorsque les tragiques événements sont survenus où plusieurs coups de couteau auraient été donnés.

« Nous allons regarder quelle attitude avait le suspect au moment des événements. Des vérifications pourraient être faites au niveau de la santé mentale. Nous allons tenter de déterminer le profil de l’individu au moment de l’agression et son passé », mentionne Martin Carrier du SPS.

La famille où est survenu le drame de la rue du Paillard y résidait depuis moins d’une année. Ils avaient loué la résidence à un couple parti étudier en France depuis juin 2017.

« Ils semblaient avoir plusieurs enfants. Nous n’avons jamais eu de problème avec eux. Ils étaient tranquilles malgré le fait qu’il y avait beaucoup de visite à cet endroit les fins de semaine », explique Denis Cloutier.

L’intervention policière puis l’enquête une partie de la nuit ont perturbé la quiétude de ce quartier résidentiel.

« C’est spécial de voir tant de policiers ici. Nous vivons dans un endroit tranquille », signale Mme Cayer.

Martin Carrier, porte-parole du Service de police de Sherbrooke

Deuxième meurtre en un mois

Ce drame est le deuxième meurtre à survenir à Sherbrooke en un peu plus d’un mois.

Le 4 décembre 2017, Pascal Gagnon, un individu qui combat vraisemblablement un cancer, aurait abattu son ancien partenaire d’affaires. Érick Lavoie se trouvait dans son domicile sur la rue de Bordeaux dans le secteur Rock Forest lorsque Gagnon est débarqué chez lui en fin de soirée. Il aurait atteint la victime mortellement à l’aide d’un projectile d’arme à feu.