La SQ a annoncé qu'elle déployait 200 policiers, un hélicoptère, un véhicule amphibie de type Argo et trois embarcations en assistance aux autorités locales pour cette opération d'urgence.

Une digue cède, des centaines de personnes évacuées d'urgence dans les Laurentides

MONTRÉAL — Une digue a cédé dans un quartier de Sainte-Marthe-sur-le-Lac dans les Laurentides, près du lac des Deux Montagnes, nécessitant l'évacuation d'urgence de plusieurs centaines de personnes sur environ 35 rues.

La Sûreté du Québec (SQ) a annoncé avoir déployé 200 policiers, un hélicoptère, un véhicule amphibie de type Argo et trois embarcations en assistance aux autorités locales pour cette opération d'urgence.

Le premier ministre François Legault a confirmé, sur Twitter, que des membres des Forces armées canadiennes étaient sur les lieux.

En fin de soirée samedi, la vice-première ministre et ministre de la Sécurité publique, Geneviève Guilbault, a indiqué sur Twitter que «dix services de police et dix services incendie ont notamment été appelés en soutien à la municipalité».

Norbert Vendette, directeur du service incendie du secteur, a déclaré vers 21h30, qu'aucun blessé n'avait été signalé et que «les services des travaux publics tenteront, avec l'aide d'autres services, de colmater et d'empêcher l'eau de monter».

Selon le directeur du service incendie, le niveau d'eau dans les rues avait atteint un mètre et demi à certains endroits, environ deux heures après que la digue ait cédé.

La digue qui a cédé se trouvait entre la 20e et la 27e Avenue.

Astrid Delisle, qui réside sur la 20e avenue avec son conjoint et leurs enfants, a raconté, en entrevue téléphonique avec La Presse canadienne, comment un vent de panique s'est installé dans le quartier vers 19h samedi.

«On venait de finir de souper quand on a entendu des sirènes qui semblaient venir de partout en même temps, on a ouvert la porte, quelqu'un est passé en courant devant la maison en criant que la ligue avait lâché».

Astrid Delisle et ses enfants ont donc fui le quartier en voiture, en laissant tout derrière.

«Toutes les voitures du quartier décollaient en même temps, des gens couraient dans la rue, les enfants pleuraient et c'était très stressant», a-t-elle ajouté.

Les sinistrés peuvent trouver refuge à l'aréna de Deux-Montagnes et au centre de la Légion royale canadienne.

Vers 20h, via son compte Facebook, la Ville demandait aux citoyens «de ne pas utiliser leurs toilettes jusqu'à nouvel ordre en raison du potentiel de refoulement.»

En soirée, un photographe de La Presse canadienne a constaté qu'il y avait une centaine de véhicules d'urgence sur les lieux et que l'électricité était coupée dans le secteur.