Les sept joueurs discutaient sans avoir conscience de l'enregistrement.

Une course Uber qui coûte cher aux Sénateurs [VIDÉO]

Des joueurs des Sénateurs d’Ottawa ont été captés à leur insu sur la caméra vidéo d’un chauffeur de Uber en train de critiquer entre eux le travail de l’entraîneur adjoint Martin Raymond cette saison.

La vidéo en question a été mise en ligne sur Twitter et YouTube par le chauffeur, qui aurait enregistré la conversation alors que l’équipe se trouvait à Glendale, en Arizona, au début de la semaine dernière.

Sept joueurs prenaient place dans la camionnette et ils ne semblent pas conscients qu’un enregistrement est effectué par une caméra située près du rétroviseur, ce qui risque de susciter d’importantes questions de protection de la vie privée.

Le mal est cependant fait alors qu’un joueur vedette de l’équipe, le centre Matt Duchene, déclare que Raymond est « le seul entraîneur de l’histoire de la LNH à diriger le pire jeu de puissance et le pire P.K. (penalty kill, ou désavantage numérique) au cours d’une année de calendrier », en plus d’affirmer plus tard que les réunions de l’unité d’infériorité numérique sont une perte de temps. « On ne change jamais rien. Pourquoi avoir des réunions ? Ça fait trois semaines que je n’y porte pas attention », ajoute-t-il.

Un autre joueur, le nouveau venu Chris Tierney, consulte son téléphone cellulaire pour noter à quel point l’unité de désavantage numérique en arrache (29e dans la LNH à 68,8 % d’efficacité). Les défenseurs Chris Wideman, assis sur le siège du passager à l’avant, et Thomas Chabot sont également impliqués dans la conversation.

Raymond en est à sa troisième saison comme adjoint à l’entraîneur-chef Guy Boucher, qui a pris la responsabilité de l’attaque à cinq cette saison à la place de celui-ci.

Martin Raymond en est à sa troisième saison comme adjoint à l’entraîneur-chef Guy Boucher

En fin de soirée, l’entraîneur-chef Guy Boucher a émis un commentaire en réaction à cette histoire : « Rien n’est plus important dans notre reconstruction que s’assurer que nos joueurs et entraîneurs soient complètement engagés envers notre plan, nos valeurs et notre système de jeu. Nous avons pleinement confiance en Martin Raymond comme entraîneur ; dans l’effort et la détermination de notre équipe ; et la sincérité des excuses de nos joueurs. Nous traitons maintenant ceci comme une affaire d’équipe et n’émettrons pas d’autres commentaires aux médias », peut-on lire.

Les joueurs (Thomas Chabot, Chris Wideman, Chris Tierney, Matt Duchene, Dylan DeMelo, Alex Formenton et Colin White) ont aussi émis un commentaire : « Nous voulons nous excuser publiquement auprès de Martin Raymond, de nos coéquipiers et nos entraîneurs pour nos commentaires émis le 29 octobre à Phoenix, en Arizona. Notre conversation privée a été enregistrée sans notre connaissance et notre consentement. Nous sommes passionnés par notre équipe et voulons grandir ensemble. Nous sommes reconnaissants envers nos partisans et notre organisation pour leur appui. Ceci est une importante expérience d’apprentissage et nous allons être meilleurs », ont-ils écrit.

Le président de Uber Canada, Rob Khazzam, a commenté l’affaire sur son compte Twitter pour dire que la publication du vidéo « est une infraction claire à nos termes de service et nous avons travaillé vigoureusement pour enquêter sur ce problème... Filmer et enregistrer des passages sans leur consentement est totalement inacceptable... Dans ce cas spécifique, nous avons fait des efforts pour que le vidéo soit retiré de la circulation », a-t-il écrit.

La publication de cette vidéo se veut un autre œil au beurre noir pour l’organisation, qui tente de se remettre des accusations de cyberintimidation de l’épouse de l’ancien capitaine Erik Karlsson à l’endroit de la fiancée de Mike Hoffman, échangé par la suite alors que le directeur général Pierre Dorion a déclaré que le vestiaire de l’équipe la saison dernière « était brisé ».

+

UNE RÉUNION SANS BOUCHER

Une réunion de joueurs dans le vestiaire après un match, sans la présence des entraîneurs, peut parfois être interprétée comme un désaveu envers l’entraîneur-chef. Mark Stone et Mark Borowiecki ont cependant assuré dimanche soir que la rencontre qui a été commandée immédiatement après la défaite contre Tampa Bay ne visait pas Guy Boucher. « Il y a eu quelques années de trop où les joueurs n’ont pas pris leurs responsabilités (quand ça ne va pas). On en parlait quand les choses allaient bien tôt dans l’année, il y avait un bon buzz et il y avait toute cette énergie positive et tout ça. Mais nous connaissons un passage à vide ici, où c’est un vrai test de nos personnalités », a souligné Borowiecki. « Ça revient au groupe dans ce vestiaire, parce qu’on montre par moments qu’on peut bien jouer. On a bien joué en deuxième période, on a joué de la bonne façon. Il faut juste, en tant que joueurs et entraîneurs, se regrouper pour trouver un moyen de finir les matches », a renchéri Stone. « Ils se sont promis qu’ils se tiendraient responsables et ils le font, ce qui est incroyable. C’est ce que tu veux comme entraîneur, je fais mon travail et les leaders font le leur », a commenté Boucher à ce sujet.