La chef du Bloc québécois, Martine Ouellet, est empêtrée dans une crise depuis plusieurs semaines après la démission de sept députés du caucus.

Une centaine de militants appuient la chef bloquiste Martine Ouellet

Dénonçant des attaques «sexistes» de toutes parts et le «coup d’État» fomenté par la «vieille garde du Bloc québécois», une centaine de militants se sont rassemblés dimanche à Montréal pour témoigner leur appui à la chef, Martine Ouellet, qui fera face à un vote de confiance dans une semaine.

«La vieille garde du Bloc québécois a tenté, faut bien se le dire, un coup d’État, un reversement d’une chef démocratiquement élue qui défend l’article 1 du programme du Bloc québécois», a laissé tomber le conseiller spécial de Mme Ouellet, Gilbert Paquette.

«Ceux qui disent que Martine ne peut pas travailler en équipe, je les démens, je les condamne, ils n’ont jamais essayé vraiment», a-t-il poursuivi.

Les députés bloquistes Xavier Barsalou-Duval et Marilène Gill, ainsi que plusieurs sympathisants comme les artistes Sophie Stanké et Sylvie Legault, et les écrivaines Andrée Ferretti et France Théoret ont défilé sur une scène du Monument-National pour témoigner leur appui à la chef du Bloc québécois.

«Martine Ouellet, apparemment, a de grands défauts. Elle a le défaut de savoir où elle veut aller. Elle a le défaut de tenir tête à ces branleux qui depuis 20 ans nous font tourner en rond», a lancé le politologue Denis Monière, un fidèle allié qui est maintenant directeur de cabinet de l’aile parlementaire du Bloc québécois.

«Ceux qui s’opposent à Martine Ouellet, qu’ont-ils à offrir? Le vide.»

D’autres s’en sont pris aux attaques «sexistes» dont la politicienne ferait l’objet. «C’est vraiment un cas de femme en politique qui a du mal à faire son chemin. Si elle avait été un homme, elle n’aurait jamais eu ce traitement-là», a déclaré l’animatrice Sophie Stanké.

Mme Ouellet est empêtrée dans une crise depuis plusieurs semaines après la démission de sept députés du caucus, qui contestent son leadership et la mission résolument indépendantiste avancée par la chef.

Ouellet défend son approche

La chef a d’ailleurs pris la parole à la fin de l’événement pour défendre sa vision des choses.

«Moi, je suis convaincue qu’en parlant plus d’indépendance, on va augmenter nos appuis, on va augmenter notre nombre de votes. C’est-tu drôle, il y en a qui ont peur de ça, qui pensent le contraire (...) Ce sont de drôles de calculs», a-t-elle soutenu.

«Il faut arrêter d’avoir peur de perdre des votes, de toute façon, on les a déjà perdus!»

Martine Ouellet a d’ailleurs décoché une autre flèche à l’endroit des sept députés qui lui ont tourné le dos, les accusant d’avoir bafoué la démocratie interne du parti.

«Comment ça se fait qu’un groupe d’espèce de décideurs au sommet ont décidé, eux autres, qu’ils refusaient le choix des membres? C’est qui qui décide au Bloc québécois? C’est-tu quelques individus ou les membres?» a-t-elle plaidé.

«Quand la démocratie interne est bafouée, on perd de notre force comme groupe.»

Un proche de Ouellet se dit optimiste

Les membres du Bloc québécois auront à se prononcer les 1er et 2 juin sur la mission de leur parti comme promoteur de l’indépendance et sur la confiance qu’ils portent en leur chef, qui a été élue par acclamation il y a un peu plus d’un an.

En entrevue avant l’événement, Denis Monière a dit être optimiste sur l’issue du scrutin.

«Les pointages que l’on fait nous sont favorables», a-t-il confié.

«On constate qu’il y a encore quand même des indécis, beaucoup d’indécis. C’est sûr que c’est préoccupant», a-t-il nuancé.

Selon M. Monière, le Bloc québécois pourrait être considérablement affaibli si les membres rejettent l’une ou l’autre des options.

«Si Martine Ouellet n’a pas son vote de confiance, le Bloc se retrouve dans le vide : il n’y a pas de programme, pas de chef, il faut qu’on organise une course à la chefferie qui aura lieu seulement après l’élection provinciale, donc en décembre, ça veut dire qu’il peut pas faire de financement tant que le nouveau chef ne sera pas connu», a-t-il soutenu.