« Ma passion, c’est la protection des enfants. Je me dis aussi que je rends service aux parents, qu’ils peuvent ne pas s’inquiéter pour la sécurité de leurs enfants », affirme Rita Sévigny-Laflamme.
« Ma passion, c’est la protection des enfants. Je me dis aussi que je rends service aux parents, qu’ils peuvent ne pas s’inquiéter pour la sécurité de leurs enfants », affirme Rita Sévigny-Laflamme.

Une brigadière infatigable

Billie-Anne Leduc
Billie-Anne Leduc
La Voix de l'Est
Entre 7 h 20 et 8 h 10, les jours d’école, les enfants peuvent compter sur la vigilance de Rita Sévigny-Laflamme. Depuis 30 ans, la brigadière brave pluie et tempête afin de faire traverser en sécurité les élèves de l’école primaire de La Moisson d’Or, à Saint-Alphonse-de-Granby.

Arrivée à Saint-Alphonse en 1976, Mme Sévigny-Laflamme a occupé un emploi dans une entreprise fabriquant des ceintures de sécurité, avant de travailler comme brigadière pour l’école primaire de sa municipalité, en 1990.

« Ma passion, c’est la protection des enfants. Je me dis aussi que je rends service aux parents, qu’ils n’ont pas à s’inquiéter pour la sécurité de leurs enfants », affirme Mme Sévigny-Laflamme, qui considère sa profession comme une « vocation ».

« J’adore ce métier, je me sens privilégiée. Il faut vraiment aimer ça pour le faire. Je ne pensais pas me rendre aussi loin, mais les années passent, et je suis toujours là ! J’aime respirer le bon air tôt le matin et j’aime les gens. »

En plus de son emploi de brigadière, elle est préposée à la surveillance dans le gymnase de l’école pour les activités de soir organisées par la municipalité. Depuis 27 ans.


« Être brigadier, c’est pas pour tout le monde. Il faut aimer être dehors, malgré les intempéries, la pluie, le froid, la glace, les tempêtes. Peut-être que les gens trouveraient ça dur l’hiver, mais moi, j’aime ça ! »
Rita Sévigny-Laflamme, 77 ans

En poste habituellement le matin, Mme Sévigny-Laflamme a été témoin de la rentrée scolaire peu ordinaire qu’est septembre 2020. « Ce qu’on vit, ce n’est pas facile pour personne. »

Elle soutient ne pas entendre parler les enfants de la pandémie lorsqu’ils se rendent à l’école. Pour sa part, son travail de brigadière n’a pas changé : s’assurer que les enfants traversent la rue Principale de Saint-Alphonse de façon sécuritaire.

Rita Sévigny-Laflamme a vu défiler toute une génération d’enfants sur la traverse­ de l’école de La Moisson d’Or.

Un travail «pas pour tout le monde»

Lorsque son mari Raymond Laflamme est décédé, le 2 novembre 2018, Mme Sévigny-Laflamme s’est demandé si elle allait continuer. « En fin de compte, je me disais, si je peux être utile, alors je continue. »

Certains pourraient dire, ajoute-t-elle, qu’à son âge, elle pourrait rester chez elle. Mais, la dame de 77 ans ne veut pas arrêter.

« Il y a des gens qui travaillent encore à 80 ans, parce qu’ils aiment leur travail. Être brigadier, c’est pas pour tout le monde. Il faut aimer être dehors, malgré les intempéries, la pluie, le froid, la glace, les tempêtes. Peut-être que les gens trouveraient ça dur l’hiver, mais moi, j’aime ça ! »

La bridagière ajoute qu’il faut aussi aimer les enfants. Si elle a eu une fille et qu’elle aurait aimé en avoir d’autres, Mme Sévigny-Laflamme prend soin de 368 enfants toute l’année scolaire !

« Je crois que quand on aime ce qu’on fait, tout va bien. Si on n’aime pas ça, on le fait pas. C’est ce que je me dis. Je suis contente de ce que je fais. J’ai pas décroché encore ! »

Si elle a eu une fille et qu’elle aurait aimé en avoir d’autres, Mme Sévigny-Laflamme prend soin de 368 enfants toute l’année scolaire !

Une génération d’enfants

Rita Sévigny-Laflamme a vu défiler toute une génération d’enfants sur la traverse de l’école. Est-ce que certains la reconnaissent ? « Eux me reconnaissent, mais rendus adolescents, ils changent tellement ! Une fois qu’ils me disent leur nom, je me souviens. »

D’une année à l’autre, de nouvelles familles viennent s’installer et de nouveaux quartiers sont créés à Saint-Alphonse-de-Granby, ville qu’elle a vue grandir et s’épanouir avec le temps. Elle félicite d’ailleurs le travail du maire actuel, Marcel Gaudreau, « pour qui c’est important d’amener de nouvelles familles et de nouveaux commerces ».

Tant que la santé lui permettra, Rita Sévigny-Laflamme sera là, tous les matins, pour veiller à la sécurité des petits Alphonsois.