Avec l'entrée en vigueur de la nouvelle loi encadrant le cannabis, l'étiquetage de la bière 1959 aux graines de chanvre biologique, brassée par Le Caveau des Trois-Pistoles, devient illégal.

Une bière au chanvre devient illégale

MATANE — Le premier jour de la légalisation du cannabis au Québec cause un véritable casse-tête pour un microbrasseur du Bas-Saint-Laurent, alors qu'il doit retirer près de 2000 bouteilles de bière de chanvre qui se trouvaient en vente dans quelque 300 points de vente.

Le problème, c'est que la nouvelle loi, en vertu de l'article 50, interdit l'utilisation du mot cannabis et toute image illustrant la feuille de la fameuse plante. Tout contrevenant s'expose à une amende pouvant atteindre 62 500 $.

Or, pour marquer le premier festival du cannabis, qui s'est tenu à Trois-Pistoles les 1er et 2 septembre, Le Caveau des Trois-Pistoles a brassé une édition spéciale de sa 1959 aux patates, à laquelle la microbrasserie a ajouté des graines de chanvre biologique.

Illustration fautive

Sur la bouteille, on trouve une pastille illustrant une feuille de chanvre, qui est semblable à celle du cannabis. Puis au dos de la bouteille, le texte comporte le mot cannabis puisqu'on y présente le festival du même nom, officiellement appelé le Festival du bon plant.

«Le cannabis est légal, mais le mot cannabis est illégal», s'insurge le copropriétaire du Caveau, Nicolas Falcimaigne. «Quel pays interdit une image, une illustration ou un mot?Cette loi est énormément restrictive.»

Comme le microbrasseur dit n'avoir ni les ressources juridiques ni le temps pour faire analyser le texte de loi, il a décidé de ne pas prendre de risques et de communiquer avec les 300 détaillants où son produit est vendu afin qu'il soit retiré des tablettes. «Il y a un côté très arbitraire, soutient-il. Ce n'est rien pour aider une entreprise en démarrage! Ça n'aide pas l'économie du Québec! J'espère que la loi va s'adapter à la réalité.»

Nicolas Falcimaigne se console en se disant que les conséquences de cette loi sur son entreprise sont beaucoup moins négatives que de plus grosses comme la brasserie Le Saint-Bock, à Montréal. «C'est la première à faire une bière au cannabis sans cannabinoïdes, indique-t-il. Ils ont fait faire des objets, des t-shirts et autres. Ce sont des milliers et des milliers de dollars qui risquent d'être perdus. L'impact est énorme!»