La famille formée de Sébastien Marois, Kassandra Casavant et de leurs enfants Julianne, Zack, Mary Ann et Jérémy, ira pédaler quelque 15 000 kilomètres à travers le continent pendant toute une année.

Une année à vélo pour une famille d'aventuriers [VIDÉO]

Avec l’année scolaire qui achève, les Marois s’apprêtent à vivre leurs plus belles vacances d’été jusqu’à présent. En effet, la famille formée de Sébastien Marois, Kassandra Casavant et de leurs enfants Julianne, Jérémy, Mary Ann et Zack, ira pédaler quelque 15 000 kilomètres à travers le continent pendant toute une année.

C’est en décembre dernier que le goût de vivre une expérience hors de l’ordinaire en famille a germé dans l’esprit du couple.

« J’ai réalisé que j’avais le goût de prendre un temps d’arrêt avec les enfants, raconte Mme Casavant. On passait notre temps à les reconduire à leurs activités et le temps passait très vite. Les enfants grandissent et je ressentais le besoin d’arrêter le temps pour en profiter. C’était le moment de prendre une pause. »

La planification a, quant à elle, réellement débuté en mars, avec le choix de l’itinéraire. « Au début, je voulais aller en Europe. J’ai toujours voulu faire un voyage en pack sac ! », lance l’aînée, Julianne, 14 ans.

Le clan a finalement arrêté son choix sur un trajet le menant dans l’Ouest canadien — pour découvrir leur pays, note M. Marois —, pour ensuite longer la Côte Est américaine et gagner l’île de Cuba, dont il fera le tour avant un repos bien mérité sous les palmiers.

Jérémy, 13 ans, a d’ailleurs bien hâte de goûter à la chaleur, qui se fait encore attendre au Québec. 

« C’est un trip particulier de partir à vélo avec quatre enfants, reconnaît Mme Casavant. On s’est dit que ça serait mieux qu’on reste en Amérique. C’était aussi important pour nous que les enfants pratiquent leur anglais, ainsi que l’espagnol, qu’ils ont appris à l’école internationale de Saint-Joachim-de-Shefford. »

Les enfants seront d’ailleurs scolarisés par leurs parents, grâce à une entente avec leurs écoles et le soutien du ministère de l’Éducation. « Les écoles vont pouvoir nous fournir le matériel dont on a besoin, mais comme on veut voyager avec le moins de bagage possible, je dois trouver les manuels en ligne », indique Mme Casavant.

Comme ils étudient dans quatre niveaux différents (de la 3e année à la 3e secondaire), l’entraide sera de mise. « On compte scolariser les deux plus vieux ensemble et les deux plus jeunes ensemble. Les plus vieux pourront aussi aider les plus jeunes », souligne M. Marois.

« Ils pourront me donner les réponses ! », lance candidement Zack, neuf ans, le cadet de la famille.

Préparation

Un voyage aussi ambitieux nécessite aussi sa part de préparation physique et mentale. 

« On a commencé à s’entraîner avec les enfants au vélodrome de Bromont. Au début, c’était surtout une remise en forme, avec des sessions intenses de spinning, mais comme on pratiquait tous déjà différentes activités physiques, on était tous quand même en forme », explique M. Marois.

Le véritable entraînement était surtout d’ordre pratique, précise-t-il. « Tout le monde est capable de faire du vélo, mais il ya plein de petites choses à apprendre pour le voyage, affirme le père de famille. Par exemple, savoir remplacer un pneu en cas de crevaison et les différents éléments de sécurité. »

Les fins de semaine, la famille s’est fait la main en effectuant des balades de 50 à 60 kilomètres. 

« Ça ne sera pas un défi d’athlète, précise Mme Casavant. On va le faire au rythme des enfants. »

Car l’objectif premier du voyage est de vivre loin du stress quotidien. C’est pourquoi même si l’itinéraire est tracé, les Marois se donneront droit aux détours pour rendre l’expérience encore plus mémorable. « On ne veut pas s’empêcher de rester quelque part plus longtemps si on trouve ça beau », relève la mère de famille.

La famille utilisera des applications comme Warm Shower et Coach Surfing pour trouver des endroits où dormir et se rafraîchir tout en faisant la connaissance de généreux Canadiens prêts à l’accueillir.

« Les valeurs à la bonne place »

Autrement, les Marois dormiront sous une tente, puisqu’ils caressent comme autre objectif de vivre cette expérience en ayant la plus petite empreinte écologique possible.

« On a acheté notre vaisselle et presque tout notre équipement, alors ça aide à planifier pour limiter les déchets. Pour manger, on va faire de petites épiceries. On va acheter des produits locaux dans les régions qu’on va visiter », soutient M. Marois.

D’ailleurs, les équipements et le matériel nécessaires à l’aventure ont été achetés dans des commerces locaux de la région.

« On vit dans une société de consommation, poursuit sa conjointe. On s’est donné comme objectif d’apporter le moins de choses possible et de ralentir le rythme, de remettre nos valeurs à la bonne place. »

Et c’est en accord avec ces valeurs que les Marois joindront l’utile à l’agréable en amassant des fonds pour Opération Enfant Soleil.

Né prématurément à 30 semaines, Jérémy est aujourd’hui en bonne santé. Il importait pour ses parents de redonner à la cause afin de soutenir d’autres familles. 

Il est possible de faire un don directement sur la page d’Opération Enfant Soleil en échange d’un reçu d’impôt.

Grand départ

Le grand départ sera donné le 1er juillet prochain au parc Daniel-Johnson. Les intéressés pourront accompagner les Marois pour les premiers kilomètres de leur périple, et pourront ensuite suivre les différentes étapes de leur aventure sur leur page Facebook ou sur Instagram.

Un blogue sera également alimenté par les membres de la famille. « Ça fera partie de la mise en application de leurs apprentissages, en plus de rendre compte aux autres de leur expérience, précise Mme Casavant. Beaucoup de gens nous ont demandé de les tenir au courant de l’avancement du voyage ! »

D’ici là, chaque membre du groupe compte fébrilement le nombre de jours qui les sépare de l’aventure de leur vie. « Ça fait trois mois qu’on se dit qu’on a encore le temps de tout planifier, mais ça a passé tellement vite, relate Mary Ann, 11 ans. Ça va être un gros défi, mais en famille, ça va être cool. »