Le ciel de Brigham a reçu une visite plutôt exceptionnelle mercredi dernier. Un Guiraca bleu, un oiseau dont la présence est inusitée au Québec, y a fait une apparition.

Un visiteur inhabituel dans le ciel québécois

Le ciel de Brigham a reçu une visite plutôt exceptionnelle mercredi dernier. Un Guiraca bleu, un oiseau dont la présence est inusitée au Québec, y a fait une apparition. Un résident de l’endroit a réussi à croquer l’instant sur le vif.

Charles-Alexandre Mercure, amateur d’ornithologie, a d’abord cru observer un Passerin indigo, une espèce plus récurrente au Québec. À sa grande surprise, sur un groupe d’observation d’oiseaux, quelqu’un lui a plutôt suggéré qu’il s’agissait en fait d’une variété beaucoup plus rare. Le Club d’Observateurs d’Oiseaux de la Haute-Yamaska (COOHY) confirme qu’il s’agit bel et bien d’un Guiraca Bleu.

Celui qui aime prendre des photos le matin en revenant de reconduire ses enfants à l’école se sent privilégié. « Je suis vraiment chanceux, je pense vraiment à m’acheter un billet de lotto », lance à la blague Charles-Alexandre Mercure.

À vrai dire, cet animal ne s’aventure que très rarement au Québec. Aussi connu sous le nom de Passerina caerulea et appartenant à la famille des Cardinalidés, l’oiseau est principalement observé en Amérique centrale. Il se reproduit aussi en Californie, au centre des États-Unis, au New Jersey et au Mexique.

Selon le site eBird Québec, qui rassemble des données sur les apparitions d’oiseaux rares au Québec, cette espèce aurait été aperçue seulement à quatre reprises lors des dernières années. Outre sa visite à Brigham, il a été vu à Drummondville, le 26 juin 2014, à Franklin le 9 mai 2017 et, pas plus tard que la semaine dernière, le 2 mai 2019, en Gaspésie.

Ornithologues fébriles

Avec les signalements d’une visite de ce type d’oiseau, les amoureux de ces bêtes seront à l’affût au cours des prochaines semaines. Déjà, certains d’entre eux se sont rendus sur les lieux de la découverte en espérant apercevoir l’oiseau rare à leur tour.

« J’ai publié ma photo et, le lendemain matin, il y avait déjà des personnes qui étaient à cet endroit pour voir l’oiseau », explique M. Mercure, également propriétaire du Centre de Yoga de Granby.

Même si le lieu d’observation se trouve en bordure de la rivière Yamaska, l’emplacement n’est pas propice pour que le visiteur ailé y demeure, l’endroit se trouvant près d’un chemin de fer. En plus du bruit des trains, le site ne ressemble en rien à son habitat naturel.

Selon M. Mercure, l’animal à plumes s’est probablement déjà envolé, n’en déplaise aux amateurs d’oiseaux espérant le voir à leur tour.