Saint-Prosper ne sait plus quoi faire de cette visite indésirable.
Saint-Prosper ne sait plus quoi faire de cette visite indésirable.

Un visiteur indésirable à Saint-Prosper: quoi faire du dindon sauvage?

Saint-Prosper-de-Champlain — Depuis une semaine, un visiteur plutôt indésirable déambule dans les rues du coeur villageois de Saint-Prosper-de-Champlain.

Il s’agit d’un dindon sauvage d’une bonne vingtaine de livres, raconte la mairesse, France Bédard.

En 34 ans de vie dans la municipalité, Mme Bédard n’avait encore jamais vu ça.

«On a appelé la Faune, mais apparemment, ils peuvent capturer un ours, mais pas un dindon», dit-elle. Le ministère a recommandé de ne pas nourrir l’animal, ce qui devrait l’inciter à retourner dans les champs. La mairesse constate toutefois que le dindon semble apprécier les grains de maïs qui s’échappent des véhicules des agriculteurs qui sont en pleine récolte en ce moment.

L’idée, assure la mairesse, n’est pas de tuer la bête, car aucune attaque de sa part n’est survenue, mais de faire de la prévention en allant la porter ailleurs. Il y a en effet des parents qui déambulent avec des poussettes et des piétons qui circulent à pied. L’oiseau aux solides griffes a aussi tendance à monter sur les capots de voitures et endommage donc les véhicules, dit-elle. La bête a même créé un bouchon de circulation, à un moment donné, parce que les gens ne veulent pas rouler dessus quand elle se promène dans les rues.

En 2018, des dindons sauvages avaient été vus près du Séminaire Sainte-Marie, à Shawinigan.

Mme Bédard veut simplement que le dindon soit capturé et retourné dans la nature. N’ayant pas réussi à obtenir une intervention des agents de la Faune, «je me sens comme le dindon de la farce», dit-elle en précisant que la municipalité n’a pas les équipements pour ça.

La mairesse essaie en effet de conserver un certain sens de l’humour dans toute cette histoire. «Saint-Élie-de-Caxton a sa traverse de lutins, on pourrait avoir notre traverse de dindons sauvages», fait-elle valoir.

Si la stratégie de ne pas nourrir l’oiseau en question finit par fonctionner, ce dernier devrait avoir regagné les champs juste à temps pour ne pas devenir le point d’intérêt principal d’un repas de Noël.

Le ministère de la Faune n’a pas rendu notre appel. Jacinthe Bouchard, la propriétaire de Zoo Académie, estime de son côté que si le dindon ne semble pas farouche et s’approche des humains, c’est qu’il a déjà été nourri par quelqu’un. La spécialiste de la faune propose de mettre du grain dans une cage à chien pour la capturer puis d’aller la porter très loin en lui laissant un peu de grain pour lui permettre de trouver elle-même sa nourriture éventuellement.

«Ça ne vole pas», dit-elle. Donc, cet oiseau pourrait représenter un danger pour les automobilistes et provoquer un accident. Mme Bouchard propose de mettre du grain quelque part et de se mettre à quatre, avec une couverture, pour l’attraper. Selon elle, ce n’est pas un animal dangereux comme tel, mais la Faune aurait dû s’en occuper. «C’est leur responsabilité», dit-elle.