Un septuagénaire accusé d’abus sexuels sur une fillette de neuf ans

TROIS-RIVIÈRES — Un homme de 70 ans, Roger Arpaia, doit faire face à la justice pour des abus sexuels allégués sur une fillette de neuf ans.

Les actes reprochés auraient été commis entre juillet et août 2018 à Sainte-Ursule notamment. Au cours de cette période, il aurait agressé sexuellement l’enfant à quelques reprises, allant même jusqu’à utiliser un vibrateur.

À la lumière de la preuve recueillie par les policiers de la Sûreté du Québec, la procureure de la Couronnne, Me Catherine Roberge, a autorisé contre lui plusieurs accusations dont celles d’attouchements sexuels, d’incitation à des contacts sexuels, d’agression sexuelle, d’agression sexuelle armée et d’avoir rendu accessible du matériel sexuellement explicite à l’enfant en vue de faciliter la perpétration d’une infraction de nature sexuelle.

Sa comparution a eu lieu le 5 octobre dernier au palais de justice de Trois-Rivières. Le prévenu était représenté par Me Alexandre Biron. Comme il n’a aucun antécédent judiciaire, la Couronne ne s’est pas opposée à sa remise en liberté mais a obtenu du tribunal que des conditions sévères soient imposées.

Ainsi, Roger Arpaia a dû déposer 3000 $ à titre de caution et s’est engagé financièrement sans dépôt pour 10 000$ supplémentaires, et ce, afin de garantir le respect de ses conditions. Il devra garder la paix, ne pas changer d’adresse sans autorisation de la Cour et a dû déposer son passeport au greffe de la cour.

Il lui est interdit de se rendre chez la présumée victime et de communiquer avec elle et les membres de sa famille immédiate. Il ne peut pas non plus avoir des contacts avec des jeunes âgés de moins de 16 ans, se trouver dans des endroits publics comme des parcs, terrains d’école ou garderies.

Enfin, il lui est interdit d’occuper un emploi rémunéré ou bénévole qui le placerait en relation de confiance avec des jeunes de moins de 16 ans.

Sa cause a été reportée au 3 décembre. D’ici là, l’enquête policière se poursuit à son sujet car il n’est pas exclu que le suspect ait fait d’autres victimes.