Le président américain, Donald Trump

Un restaurant de l'Ontario victime collatérale des partisans de la Maison-Blanche

OTTAWA — Un petit restaurant de l’Ontario a été la cible de commentaires haineux sur internet, victime de sa quasi-homonymie avec l’établissement américain qui avait refusé vendredi de servir la porte-parole de la Maison-Blanche Sarah Sanders.

The Olde Red Hen, un restaurant spécialisé dans les déjeuners et les brunchs installés à Collingwood, à environ 200 km au nord de Toronto, a vu sa page Facebook envahie de commentaires désagréables pendant le week-end.

«J’espère que vous allez faire faillite, fichus gauchistes», écrivait un habitant de l’État américain du Maryland. «Honte à vous, hypocrites sectaires», rageait un autre.

LIRE AUSSI : Trump se porte à la défense de sa porte-parole, expulsée d'un restaurant

La propriétaire du restaurant, Diane Smith, a indiqué qu’elle avait tenté de répondre à chacun de ces commentaires pour souligner qu’il s’agissait d’une erreur d’identité.

Elle a posté sur sa page Facebook un message demandant aux visiteurs de «noter que les commentaires haineux et négatifs viennent du fait que la porte-parole du président (Donald) Trump, Sarah Sanders, s’est vu demander de quitter un restaurant aux États-Unis, appelé The Red Hen», et que les commentaires peu amène postés par des Américains visaient cet établissement situé en Virginie, au sud de Washington.

Certains des commentaires ont été retirés depuis.

Mme Sanders avait affirmé samedi avoir été mise à la porte d’un restaurant où elle souhaitait dîner la veille, au motif qu’elle travaillait pour le président Donald Trump.

L’incident a provoqué une controverse et l’établissement nommé The Red Hen, à Lexington, a lui aussi été inondé d’hommages et de critiques.

Fidèle à son habitude, le président Trump s’est lui-même fendu d’un tweet vengeur, estimant que la façade du restaurant avait besoin d’être repeinte et jugeant que «si un restaurant était sale dehors, alors il était également sale à l’intérieur».