Le propriétaire du Café des Artistes, dans Charlevoix, a été obligé d’expliquer la signification de son nouveau logo.
Le propriétaire du Café des Artistes, dans Charlevoix, a été obligé d’expliquer la signification de son nouveau logo.

Un restaurant de Charlevoix cible de complotistes

Élisabeth Fleury
Élisabeth Fleury
Le Soleil
Un restaurant de Baie-Saint-Paul, dans Charlevoix, est la cible de complotistes qui croient que son nouveau logo est un symbole satanique et pédophile.

Un des copropriétaires du Café des Artistes a dû défendre le nouveau logo de son commerce, mardi, après que des complotistes associés à la mouvance QAnon l’eurent ciblé sur Facebook et sur Twitter.

«Bonjour à toutes et tous, je viens vers vous pour expliquer à tout le monde la signification de notre logo du Café des artistes que certains portent à accusations pédophiles», commence le restaurateur, avant d’expliquer que la partie gauche du triangle représente un C pour Café, la partie droite, un A pour Artistes, et le centre, les montagnes de Charlevoix. 

«Je demande à tout le monde de respecter ce que nous avons mis en place, c’est tellement facile de venir salir une entreprise qui tente de s’en sortir dans une période de crise […]. Je vous demande un peu d’indulgence, en aucun cas nous voulions mal faire, notre logo est juste un reflet d’une entreprise de notre belle région de Charlevoix», écrit encore le restaurateur.

Les commentaires des complotistes qui apparaissaient sous la photo du logo publiée sur la page Facebook du Café des Artistes avaient été retirés, mercredi matin. Mais on en retrouve des traces, notamment sur des pages qui dénoncent ces conspirationnistes, dont celle du blogueur Xavier Camus et celle d’un résident de Charlevoix, Nicolas Otis. «Je reconnais très bien ce sigle… de PEDO!!! HONTE À VOUS!!!» avait écrit un certain Frédérick Dufresne.

Sur Twitter, c’est le message d’une certaine Sylvie M (@cherielle100) qui semble avoir mis le feu aux poudres, lundi soir. «Logo du resto pres [sic] des Desmarais ca [sic]… Vous remarquez rien?» demande la conspirationniste avant de donner l’adresse du Café des Artistes, de montrer son logo et de souligner que le restaurant vend de la pizza, faisant ici un lien avec le pizzagate.

Le pizzagate, c’est cette théorie conspirationniste selon laquelle il existerait un réseau international de pédophiles autour de l’ancien directeur de campagne de la démocrate Hillary Clinton qui retiendrait des enfants prisonniers dans une pizzéria de Washington. 

Cette théorie du complot, relayée notamment sur le site internet 4chan, a été rapidement réfutée par les policiers et les médias américains. Elle aurait pu avoir des conséquences tragiques en décembre 2016 lorsqu’un Américain de 28 ans, Edgar Maddison Welch, a fait feu dans la pizzeria de Washington. Selon ce qu’il aurait raconté aux policiers lors de son arrestation, l’individu était venu enquêter sur le pizzagate et aurait voulu sauver des enfants esclaves sexuels prisonniers de l’établissement.

Le Café des Artistes a changé de mains en juillet. Il appartient maintenant à Thierry Ferré et à Rodolphe Kerbouriou, déjà copropriétaires d’un autre restaurant de Baie-Saint-Paul, le Mouton Noir.

En entrevue au Soleil, mercredi matin, Rodolphe Kerbouriou n’a pas caché sa stupéfaction de voir son commerce être la cible de conspirationnistes. Pour autant, il n’a pas l’intention de changer son logo, «très sympa parce qu’il représente les montagnes de Charlevoix». 

«Mon logo ne ressemble même pas à ce logo-là [celui des pédophiles, un triangle en forme de spirale bleue]. Je ne vois pas pourquoi je le changerais. […] Les détraqués, ce sont eux, ce sont eux qui voient quelque chose dedans», dit M. Kerbouriou, qui a renoncé à discuter avec les conspirationnistes, préférant laisser à d’autres internautes le soin de leur répondre.

«Comment voulez-vous que j’essaie de discuter avec ces gens-là, j’essaie déjà de faire tourner mon établissement sept jours sur sept, 17 heures par jour parce que je n’ai pas assez de personnel. […] J’ai tenté d’enrayer le système hier [mardi] en faisant un post, mais qu’est-ce que vous voulez que je dise de plus», ajoute le restaurateur, qui a la ferme intention de garder «la tête haute». «Ce que je dis à tout le monde, c’est: laissez-moi travailler s’il vous plaît!»

Plusieurs internautes ont signifié leur appui au Café des Artistes, promettant d’aller y manger en guise d'encouragement. 

En début de soirée, la page du Café des Artistes avait disparu de Facebook.